Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Grand débat : Emmanuelle Wargon et Sébastien Lecornu chargés de la coordination, cinq "garants" pour son indépendance

lundi 14 janvier 2019 à 10:12 - Mis à jour le lundi 14 janvier 2019 à 19:35 Par Viviane Le Guen, France Bleu et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales, vont coordonner le Grand débat national qui sera lancé mardi dans l'Eure. Cinq "garants" seront nommés pour en assurer indépendance.

Le ministre chargé des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu et la secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique, Emmanuelle Wargon
Le ministre chargé des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu et la secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique, Emmanuelle Wargon © AFP - Ludovic Marin

Le poste était vacant depuis le renoncement de Chantal Jouanno. La secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique Emmanuelle Wargon et le ministre chargé des Collectivités territoriales Sébastien Lecornu ont été chargés d'organiser le grand débat national, ont annoncé lundi plusieurs sources gouvernementales. Cette vaste consultation imaginée par exécutif pour répondre à la colère des "gilets jaunes" sera lancée ce mardi 15 janvier dans l'Eure. Emmanuel Macron a publié dimanche une lettre de "cadrage" autour de 35 questions.

Un débat "pas sous le contrôle du gouvernement"

Ce Grand débat ne sera pas sous le "contrôle de deux membres du gouvernement" malgré la nomination de deux ministres pour l'animer, a assuré ce lundi la secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon sur RTL, y voyant l'"opportunité de renouer les fils du dialogue".

D'après les informations de l'AFP et de franceinfo, Sébastien Lecornu devrait plus spécifiquement s'occuper de la place des élus et Emmanuelle Wargon du lien avec la société civile et ses représentants. 

Cinq "garants" nommés pour assurer "l'indépendance" du débat

Pour assurer l'indépendance de ce grand débat, un collège de cinq "garants" va être nommé, a indiqué ce lundi soir le premier ministre Édouard Philippe. Deux de ces cinq personnes seront désignées par le gouvernement, tandis que les trois autres seront nommés respectivement par le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM), le président du Sénat Gérard Larcher (LR) et celui du Conseil économique, social environnemental, Patrick Bernasconi, a fait savoir le cabinet du Premier ministre Edouard Philippe, sans dévoiler de noms. Ils seront annoncés vendredi.

Ces garants "pourront pendant la totalité de la consultation et au moment de la restitution garantir la qualité des travaux, l'indépendance des travaux, la neutralité de la restitution", a assuré la secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon sur RTL.

En outre, au niveau local, des "référents" départementaux seront nommés par les préfets pour faciliter l'organisation matérielle et pratique des débats selon franceinfo.

La Commission nationale du débat public (CNDP) finalement écartée

En réponse à un internaute, la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), Chantal Jouanno, a précisé sur son compte Twitter que l'institution n'aura finalement plus de rôle dans l'organisation du grand débat national à partir de son lancement demain.

Il y a une semaine pourtant, l'ex sénatrice avait annoncé qu'elle ne piloterait pas le débat mais que la CNDP  restait impliquée.