Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Grand Est : le groupe Front National enregistre six nouvelles défections au conseil régional

jeudi 29 mars 2018 à 18:19 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Alsace, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Elsass, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine

Le groupe FN au conseil régional du Grand Est se fissure encore un peu. Après le départ en septembre dernier de 11 élus dans le sillage de Florian Philippot, qui a fondé son mouvement "Les Patriotes", six autres élus viennent de constituer un nouveau groupe : CNIP, divers droite et apparentés.

Après les élections de 2015, il y avait 46 élus FN au Conseil régional, ils ne sont plus que 29 deux ans plus tard.
Après les élections de 2015, il y avait 46 élus FN au Conseil régional, ils ne sont plus que 29 deux ans plus tard. © Maxppp - Alexandre Marchi

Metz, France

Un nouveau groupe à la région Grand Est : six élus Front national viennent de quitter le groupe dans lequel ils se trouvaient depuis les élections de 2015. Ils se rangent désormais sous la bannière du CNIP, centre national des indépendants et paysans.

Sur ces six élus dissidents, on compte cinq Lorrains, Jordan Grosse-Cruciani, Thierry Gourlot, Hervé Hoff, Laurence Burg et Corinne Kaufmann, ainsi qu'une Haut-Marnaise, Fabienne Cudel.

Le congrès de Lille, point de crispation

Et ces dissidents n'épargnent pas le parti frontiste, à l'image du président de ce nouveau groupe, le Vosgien Jordan Grosse-Cruciani. Il a beaucoup de mal à digérer le congrès de Lille des 10 et 11 mars derniers : "On nous a dit que c'était un congrès de la refondation mais finalement, c'était un congrès de la continuité. On a fait élire des personnes dociles, on a annoncé un changement de nom. Mais tout ça n'est que cosmétique et c'est ce qui nous a embêté." 

De son côté, la présidente du groupe FN, la Haut-Rhinoise Virginie Joron, réplique que ces défections ne sont pas une immense surprise. "Je reste positive, notre groupe est soudé et nous avons une dynamique. Avec le congrès de Lille, on a une nouvelle ouverture très positive. _Ce congrès, finalement, a permis de mettre en exergue les colères de certains_, et c'est ce qui explique la création de ce groupe. C'est pour moi un non-sujet et un non-événement."

Une hémorragie "pas inquiétante" selon le groupe FN

Déjà en septembre dernier, 11 élus ont quitté le groupe FN pour suivre Florian Philippot dans son nouveau mouvement, "Les Patriotes". Des 46 élus frontistes de 2015, il n'en reste plus que 29 à ce jour. Le cours normal de la vie d'un groupe politique, explique-t-on du côté du FN.