Politique

Grand Lochois : première fusion de 4 Communautés de communes de la Touraine du Sud

Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine dimanche 11 octobre 2015 à 12:47

La château de Loches.
La château de Loches. © Maxppp - Arco Images/Newscom

C'est ce lundi 12 octobre que le Préfet d'Indre et Loire doit présenter la première fusion de communautés de communes : les 4 de la Touraine du Sud : la Touraine du Sud, Loches Développement, le Grand Ligueillois et Montrésor.

La suite logique de la réforme de la carte des Régions françaises est désormais planifiée par ce que l'on appelle la loi NOTRE (Nouvelle Organisation Territoriale de la République). En Indre et Loire, les 593 000 habitants sont répartis en 20 communautés de communes.

La loi Notre va devenir dans les prochains mois le refrain entêtant des élus locaux.

Cette loi a connu un coup d'accélérateur : votée en plein été, le Préfet d'Indre et Loire a reçu sa feuille de route début septembre, ce lundi 12 octobre,  il présente donc les contours de la première fusion des 4 Communautés de Communes du Lochois, les conseils municipaux devront prendre position d'ici décembre 2015 et la super communauté devrait voir le jour en mars 2016 et au plus tard au 1ier janvier 2017  A elles 4, elles regroupent 68 communes et plus de 52 000 habitants.

Dans le Lochois, les 4 Communautés de communes réfléchissent depuis 2 ans à cette union,  la Touraine du Sud, Loches Développement, le Grand Ligueillois et Montrésor.

Droite et Gauche s'accordent sur un point : il y a trop de strates dans la gestion du pays.

Les Communes, les Pays, les Cantons, les Départements et puis les Régions et enfin le sommet de l'Etat - tout un héritage au fil des siècles et des régimes politiques qui se sont succedés en France. Et la strate qui semble avoir le moins d'avenir est bien le Département . Comment, lorsqu''on est une petite Commune rurale de quelques centaines d'habitants ou une Communauté de communes de quelques milliers trouvaient les bons interlocuteurs pour réaliser tel projet ou trouver des financements. D'où l'idée assez simple : l'union fait la force : plus on se regroupe plus on est nombreux et plus on pèse lourd auprès des Régions ou des Institutions européennes. Et donc le mot est lâché : la fusion. 

"Dans le temps, on verra quel est le bon système, on verra comment les élus veulent faire évoluer cette fusion" Pierre Louault, le président de Loches développement 

Lors de la réunion le 18 septembre dernier à Manthelan des 148 élus des 68 communes, des désaccords sont apparus car disent les plus réticents trop de questions restent encore sans réponse les promoteurs de la fusion répondent : avançons et adaptons nous au fur et à mesure. Tous les élus ne sont pas encore prêt à se lancer dans l'aventure

Pour les opposants, cette fusion va trop vite, sans dire où elle va et sans définir la place et les rôles de chacun. _"Est-ce que le devenir d'une commune ce sera de régler les problèmes de voisinage ou de gérer le cimetière et si le Maire de la Commune doit se borner à adresser les personnes à la super Communauté, à la Région ou à l'Etat, c'est à bien définir et dire dans quel périmètre on va agir" - _Roger Borrat Maire de Betz-Le-Château.

Comment seront gérées les finances ? Quel sera le rôle du Maire dans une super communauté de communes ? Derrière ces questions, c'est ni plus ni moins la peur de disparaître pour les petites communes rurales. _"_Les candidats que vont-ils mettre dans leur programme lors des prochaines élections, si on a besoin d'une piscine, l'élu municipal, si on laisse, il ira seulement couper le ruban quand le Député viendra pour l'inauguration" Jean-Claude Pillu ancien candidat du Front de Gauche à Loches et membre du Collectif de citoyens de la Touraine du Sud

La loi NOTRE dit 15.000 habitants sauf pour les territoires ruraux où il y a des dérogations comme par exemple Montrésor. Face à une agglomération de 300.000 habitants comme celle de Tours, la seule taille qui peut faire poids c'est 300.000 habitants et pas seulement les 50.000 de la Touraine du Sud. Pour Anne Paquereau élue d'opposition à Loches, les élus qui vont devoir voter sur cette fusion n'ont reçu aucun mandat de leurs électeurs pour se prononcer pour ou contre. "A_ux dernières élections municipales, ces projets de fusion n'ont pas été portés au débat , des électeurs, donc les élus actuellement en place n'ont pas eu mandat pour représenter la _population sur cette question".