Politique

Grenoble : 35 manifestants contre la fermeture de la bibliothèque Prémol

Par Lionel Cariou, France Bleu Isère mercredi 18 janvier 2017 à 14:24

Les manifestants se sont rassemblés à 9 heures
Les manifestants se sont rassemblés à 9 heures © Radio France - Lionel Cariou

Ils réclament un moratoire sur la fermeture des bibliothèques Une trentaine de manifestants se sont rassemblés ce matin devant la bibliothèque Prémol, dans le quartier Village-Olympique, à Grenoble. Selon eux, le déménagement des livres était imminent, ce que la mairie dément.

La fermeture des bibliothèques Prémol et Hauquelin a été validée en conseil municipal, et pourtant, ils y croient encore. Trente-cing personnes (militants de Force Ouvrière et CGT, représentants de l'union de quartier) ont manifesté ce jeudi matin devant la bibliothèque Prémol. L'établissement est fermé depuis le mois de juillet. Selon eux, les livres devaient être déménagés mercredi matin. Faux, répond la mairie qui indique que les agents présents sur place assurent en ce moment "un travail de tri et d'inventaire des documents, qui relève de leurs missions habituelles".

Les opposants réclament le gel du projet en attendant le vote des Grenoblois

Une dizaine d'opposants se sont invité dans le hall de la bibliothèque et aucun ouvrage n'a quitté le site, une "petite victoire" pour Cécile Cenatiempo, la présidente de l'union de quartier Village-Olympique / Vigny-Musset. Ce que réclame le collectif, c'est un moratoire sur la fermeture des bibliothèques Prémol et Hauquelin.

Une dizaine de manifestants se sont "invités" dans le hall - Radio France
Une dizaine de manifestants se sont "invités" dans le hall © Radio France - Lionel Cariou

Pas de moratoire pour la mairie

Une pétition contre ces suppressions a été lancée : si elle atteint les 2000 signatures, la question pourra en théorie être soumise aux Grenoblois sous la forme d'une votation citoyenne, après un nouveau débat en conseil municipal. Les manifestants demandent donc à la mairie d'attendre le résultat du processus avant de démanteler les deux structures. De son côté la municipalité précise qu'une telle pétition "n'a pas valeur de moratoire".

→ À lire aussi :