Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grenoble : Actis envoie les huissiers pour expulser une entreprise de l'économie sociale et solidaire

-
Par , France Bleu Isère

La Papothèque soutient près d'un millier de personnes en difficulté dans le quartier du Lys-Rouge à Grenoble. Actis, propriétaire des locaux, a convoqué l'association le 17 février devant le tribunal pour des retards de loyer. Or la présidente d'Actis est Elisa Martin, 1re adjointe d'Éric Piolle.

L'équipe de la Papothèque
L'équipe de la Papothèque -

C'est une association intergénérationnelle qui aurait dû financer ses actions de solidarité par son restaurant, restaurant qui est évidemment fermé à cause du Covid. "La Papothèque" ne peut plus payer son loyer à son propriétaire qui est le bailleur social Actis. Elle a six mois de retard. Une cagnotte est ouverte sur Leetchi.com pour trouver les 15.000 euros.

La convocation devant le tribunal de Grenoble est arrivée, ce mardi 26 janvier. Rendez-vous le 17 février. "Le tribunal nous traite comme des criminels" dit un bénévole. Toute l'équipe est très affectée, et surtout ne comprend pas. Élisa Martin était leur médiatrice pour faciliter le dialogue avec Actis et faciliter les démarches au moment de l'installation dans ce local du quartier du Lys-Rouge, en 2018. Depuis qu'elle est présidente d'Actis et, surtout, ces derniers jours, les membres de La Papothèque ne peuvent plus la joindre. 

Concrètement, cette association aide 430 personnes âgées et 233 familles en difficulté, dans un quartier qui n'en manque pas. 80% d'entre eux sont des locataires du bailleur social Actis. Récemment, pour Noël, ses bénévoles leur ont remis 233 colis de nourritures. Et encore 200 depuis le début de l'année.

Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?

Comment, la municipalité de l'arc humaniste d'Éric Piolle dont la solidarité est, en théorie, un des marqueurs forts, a-t-elle pu laisser dériver ce dossier dans les services du bailleur social au point d'envoyer des bénévoles devant la justice ? C'est du petit lait pour les oppositions municipales. 

Alain Carignon, président du groupe de droite et société civile, a réagit par communiqué :  "Notre groupe est scandalisé par la décision d’Élisa Martin, présidente d’Actis de faire comparaître l’association 'La Papothèque' au tribunal aux fins d’expulsion pour retards de loyer et ce dans la continuité d’Éric Piolle qui avait menacé et déjà poursuivi l’association en 2020 laquelle avait dû sa survie à une solidarité extérieure à la collectivité. Cette association effectue un travail considérable dans un quartier difficile, y compris auprès de locataires d’Actis en particulier dans cette période de pandémie."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"C'est absolument honteux", renchérit Émilie Chalas, la député LREM de la circonscription, et conseillère municipale, ne comprend pas qu'Actis, le bailleur social de la ville de Grenoble, assigne en justice La Papothèque, une entreprise de l'économie sociale et solidaire (ESS) qui œuvre au service des plus démunis et notamment des personnes âgées du quartier des Eaux-Claires et Mistral. "Actis ne fait aucun effort", dit-elle, "Qui est la présidente d'Actis ? Élisa Martin, première adjointe d'Éric Piolle ! En novembre, par voie d'huissier, Actis dit à La Papothèque : vous nous devez 7.000 euros de retards de loyers. Ils ne peuvent pas payer. Ils n'ont plus d'argent. Ils n'ont plus de recettes. Actis a encore envoyé les huissiers avec un avis d'expulsion avec un passage devant le tribunal le 17 février."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le modèle économique de La Papothèque : le restaurant assure 70% de son financement et perçoit 30% de subventions. Le loyer, charges comprises, est de 1.800 euros par mois pour un local, pas un appartement, de 300 mètres carrés qui, selon les bénévoles, était dans un état lamentable quand ils sont entrés dedans, début 2018. Sollicitées, ni Élisa Martin, ni la municipalité n'ont répondu à nos demandes d'interviews. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess