Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDÉOS - Greta Thunberg à l'Assemblée nationale : "L'urgence climatique, c'est aujourd'hui et c'est maintenant"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'égérie suédoise de la lutte climatique, Greta Thunberg, s'est exprimée ce mardi devant les députés à l'Assemblée nationale. L'adolescente a demandé aux politiques et aux médias de se tenir du côté des scientifiques et d'agir dans la lutte contre le réchauffement de la planète.

Greta Thunberg avec Matthieu Orphelin et Richard Ferrand à l'Assemblée nationale
Greta Thunberg avec Matthieu Orphelin et Richard Ferrand à l'Assemblée nationale © AFP - MARIE MAGNIN / HANS LUCAS

Paris, France

Figure emblématique de la lutte contre le réchauffement climatique, la Suédoise Greta Thunberg est arrivée en fin de matinée ce mardi à l'Assemblée nationale. L'adolescente de 16 ans, qui appelle les jeunes du monde entier à la grève de l'école tous les vendredis, s'est exprimée devant les députés vers 12h30. 

La militante écologiste Greta Thunberg au Palais Bourbon - Visactu
La militante écologiste Greta Thunberg au Palais Bourbon © Visactu - Visactu

"420 Gigatonnes de CO2 restantes" pour limiter le réchauffement climatique

"Ils disent que nous les enfants nous exagérons, nous sommes des alarmistes. Pour répondre à cela, je vous invite à lire (...) le dernier rapport du Giec. Vous y trouverez toutes nos opinions", a expliqué d'emblée Greta Thunberg. Elle a invité ses opposants à présenter des chiffres alternatifs à ceux du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

Se basant sur les estimations du Giec, la jeune militante a expliqué qu'il existait un budget limité d'émissions de CO2 restantes si l'on espère limiter le réchauffement climatique : "420 gigatonnes de CO2, c'est tout ce qu'il nous reste à émettre pour avoir 67% de chances d'atteindre l'objectif d'1,5 °C d'augmentation de la température mondiale."

Pour illustrer ses propos, elle a précisé que, depuis le début de son discours, "le monde vient d'émettre près de 800.000 tonnes de CO2".

"Simplement parce que nous citons les faits scientifiques, nous sommes l'objet de haines et de menaces !" - Greta Thunberg

"Que faites-vous ?" lance Greta Thunberg aux députés

"Comment allons-nous agir ?" : c'est ce qu'a demandé Greta Thunberg aux députés français. "Une fois que vous avez compris que rien n'est fait à ce sujet, alors dites-moi, que faites-vous ? a lancé la jeune fille. Nous les enfants, nous communiquons juste sur les faits scientifiques."

Sa réponse à la polémique

Greta Thunberg a également répondu aux attaques de plusieurs députés, notamment l'élu LR Guillaume Larrivé, qui ont appelé à boycotter l'intervention de l'adolescente : "Certaines personnes ont choisi de ne pas nous écouter, ce n'est pas grave. [...] Vous n'avez pas le devoir de nous écouter, mais vous avez le devoir d'écouter les scientifiques et c'est tout ce que nous vous demandons".

"Unissez-vous derrière les scientifiques !" - Greta Thunberg

Selon elle, "le plus grand danger ce n’est pas le fait d’être inactif. Le plus gros danger, c’est lorsque les entreprises, les politiques, font semblant d’agir alors que rien n’est fait, sauf de belles campagnes de communication".

Greta Thunberg était accompagnée de la climatologue Valérie Masson-Delmotte, vice-présidente du GIEC, et de jeunes Français engagés pour le climat. 

Retrouvez le discours de Greta Thunberg en intégralité : 

Cet après-midi, elle assiste à la séance des questions au gouvernement, depuis la tribune d'honneur. Présence saluée par la députée de la France Insoumise Mathilde Panot.