Politique

Hasen Hammou, ce jeune Marseillais qui veut se lancer dans la bataille de la primaire à droite

France Bleu Provence et France Bleu lundi 12 octobre 2015 à 11:52

Hasen Hammou face à François Hollande dans l'émission de TF1 le 6 novembre 2014
Hasen Hammou face à François Hollande dans l'émission de TF1 le 6 novembre 2014 © Maxppp

Il y a près d'un an, des millions de téléspectateurs découvraient son visage à la télé : Hasen Hammou était l'un des quatre Français confrontés à François Hollande en direct sur TF1. Ce Marseillais de 26 ans a une autre ambition : se présenter à la primaire à droite en vue de la présidentielle.

Hasen Hammou, jeune Marseillais originaire des quartiers Nord, n'est pas du genre à se décourager. En mars 2014, il se présente sans étiquette politique aux élections municipales de sa ville. Il ne recueille que 0,89 % des voix dans le secteur remporté par Samia Ghali. 

Sept mois plus tard, sa notoriété fait un sacré bond : le soir du 6 novembre 2014, Hasen Hammou fait partie des quatre Français qui interpellent François Hollande en direct sur le plateau de TF1 (émission vue par près de 8 millions de téléspectateurs). 

Engagé chez les Républicains

Le président socialiste lui a-t-il donné envie de choisir son parti ? Toujours est-il qu'il décide de s'engager avec... Les Républicains. Il a même l'ambition d'être l'un des candidats à la primaire pour désigner le candidat de droite à l'élection présidentielle de 2017 (premier tour de la primaire le dimanche 20 novembre 2016, second tour une semaine plus tard si nécessaire).

"L'équipe de Juppé m'a demandé de la rejoindre." 

Pour l'instant, cinq candidats Les Républicains se sont déclarés : Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Bruno Le Maire, Hervé Mariton et Nadine Morano. 

 Alors... elle est sérieuse, cette candidature ? Voici la réponse du jeune politique ce lundi sur France Bleu Provence : "Ca m'étonne un peu à chaque fois qu'on me pose cette question car je me suis tellement démené pour cette campagne !"

Hasen Hammou espère rencontrer tous les candidats à cette primaire. Pour l'instant, seule l'équipe d'Alain Juppé l'a approché. "Ils m'ont demandé de rejoindre son staff, mais je préfère porter des idées personnelles"

Il lui faut les signatures

Pour valider sa candidature, Hasen Hamou doit recueillir 2.500 signatures de militants, 250 signatures d'élus et 80 signatures de députés ou de sénateurs. Ce n'est pas gagné et il en est conscient : "J'aimerais aller jusqu'au bout mais si c'est impossible, je devrais faire un choix."

"On n'a pas assez de diversité dans nos institutions."

Le cheval de bataille de sa campagne : mettre des quotas sociologiques dans la vie publique. "Il n'est pas normal que certaines populations ne soient pas ou très peu représentées, ça ne correspond pas à la réalité. On n'a pas assez de diversité dans nos institutions. Il est urgent que tout le monde puisse accéder à des postes à responsabilités, dans un esprit de vivre-ensemble et de partage"._

Renouveler la classe politique

Hasen Hamou a aussi l'espoir de renouveler la classe politique. "Des nouvelles personnes pour faire valoir des nouvelles idées". Il espère que les siennes pourront à nouveau être exposées au plus haut niveau. Cette fois par le biais d'une élection. S'il réussit son pari, nul doute qu'il visera encore plus loin.

Marseille, France