Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Hausse de 16% de ses dépenses entre 2015 et 2018 : la région Centre Val-de-Loire est-elle "mauvaise élève" ?

Alors que le congrès des régions de France a lieu à Bordeaux, la Cour des Comptes épingle la Région Centre Val-de-Loire pour avoir augmenté de 16% ses dépenses entre 2015 et 2018. Un chiffre partiellement en trompe-l’œil, et partiellement compensé par une hausse de 11% de ses recettes.

Entre 2015 et 2018, la Région Centre Val-de-Loire a augmenté de 16% ses dépenses ; dans le même temps, ses recettes ont progressé de 11%
Entre 2015 et 2018, la Région Centre Val-de-Loire a augmenté de 16% ses dépenses ; dans le même temps, ses recettes ont progressé de 11% © Radio France - Stéphane Barbereau

Centre-Val de Loire, France

L'Association des Régions de France tient son Congrès ce lundi et mardi à Bordeaux. Congrès marqué par la publication, la semaine dernière, d'un rapport de la Cour des Comptes qui explique que la fusion des régions en 2016 n'a pas entraîné d'économies de gestion, loin de là... Au passage, le rapport épingle la région Centre Val-de-Loire qui, elle, n'a pas changé de périmètre géographique... Et qui a pourtant augmenté de 16% ses dépenses globales entre 2015 et 2018, un record en France !

Doit-on, pour autant, en déduire, comme l'a fait l'Agence France Presse, que la région Centre Val-de-Loire est une"mauvaise élève" en matière de gestion ? "Cette dépêche est particulièrement mal documentée", rétorque François Bonneau, le président (PS) de la Région.

Le poids des transferts des trains TET

Dans le détail, le montant des dépenses supplémentaires engagées par la Région Centre Val-de-Loire entre 2015 et 2018 s'élève à 109 millions d'euros. Sur cette facture, 49 millions d'euros correspondent à une spécificité régionale : seule la région Centre Val-de-Loire a en effet récupéré l'an passé la gestion de 5 lignes ferroviaires qui dépendaient jusqu'ici de l'Etat - ce sont les fameux TET, les trains d'équilibre du territoire comme Paris-Orléans-Tours et Paris-Montargis-Nevers. "Fallait-il que pour être bon élève, je ne dépense pas ces 49 millions d'euros ? s'interroge François Bonneau. Cela aurait signifié la fermeture de 5 lignes ! Et puis ces 49 millions d'euros sont compensés par une recette versée par l'Etat, et je me suis battu pour obtenir cette compensation !

Record de France des plus faibles charges de personnel

2 autres budgets ont fortement augmenté dans la même période : les aides économiques, qui ont progressé de 20 millions d'euros, et la formation professionnelle, + 7 millions d'euros. Des choix qu'assume François Bonneau, "parce que l'économie est devenue une compétence majeure des régions, et parce que la lutte pour l'emploi est notre priorité". Au total, si  les dépenses de la région ont bien augmenté de 16% entre 2015 et 2018, les recettes ont elle aussi progressé, mais un peu moins : la hausse s'élève à + 11%. Une différence qui s'explique aussi, en partie, par le choix de la gratuité des transports scolaires - là encore, une spécificité de la région Centre Val-de-Loire...

"Quand on a + de dépenses et dans le même temps + de recettes, met-on en danger les comptes ? Non !" insiste François Bonneau, qui met en avant deux autres chiffres : l'endettement de la région- 281 € par habitant, alors que la moyenne nationale des régions est de 410 € par habitant - et les charges de personnel de la région - 14 € par habitant ici, 18 € par habitant pour la moyenne nationale des régions. "Notre région est première sur ce critère-là ! Oui, cette région est bien gérée", conclut François Bonneau. Reste à savoir si les oppositions contesteront ou non cette analyse, lors de la prochaine session plénière du conseil régional (17 octobre).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu