Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Hausse des taxes sur les carburants : Jean-Luc Gleyze dénonce "une grave erreur"

vendredi 26 octobre 2018 à 11:19 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

Le président du Conseil départemental de la Gironde était ce vendredi l'invité de l'émission "Vendredi Politique". Il a dit comprendre la grogne qui monte concernant la hausse des taxes sur les prix des carburants. Et il aimerait a minima que ces hausses servent des projets environnementaux.

Jean-Luc Gleyze invité de "Vendredi Politique" sur France Bleu Gironde.
Jean-Luc Gleyze invité de "Vendredi Politique" sur France Bleu Gironde. © Radio France - Florence Pérusin

Bordeaux, France

Offensif contre la hausse des prix des carburants

La hausse des carburants accentue ce que Jean-Luc Gleyze appelle "une fracture sociale et territoriale". Selon lui, "ceux qui ont le plus besoin de la voiture sont ceux qui habitent en secteur rural. Et la hausse a plus de répercussions sur ceux qui ont le moins de moyens".  Le président du Conseil départemental de la Gironde, élu du sud du département, pose également la question "en quoi ces taxes vont améliorer la mobilité des personnes avec des solutions plus environnementales". Et il y répond : "J'ai le sentiment qu'il s'agit surtout pour l'Etat de combler les déficits énormes qu'il produit chaque année".

Revenu de base contre revenu universel d'activité

Jean-Luc Gleyze se bat depuis deux ans pour pouvoir lancer l'expérimentation du revenu de base en Gironde. Il a présenté il y a dix jours, avec 17 autres présidents de département, tous socialistes, une proposition de loi en ce sens. L'idée c'est de donner un revenu automatique, entre 550 et 750 euros, en fusionnant diverses prestations : RSA, prime d'activité, voire APL (aide personnalisée au logement). "Ce n'est pas un solde de tout compte, assène Jean-Luc Gleyze. C'est aussi accompagner les travailleurs pauvres. Il y a des agriculteurs et des artisans qui ont du mal à tirer un revenu de leur activité. Un complément de revenu peut leur permettre de s'en sortir. Ce n'est pas une revendication de la paresse". De son côté Emmanuel Macron a annoncé un revenu universel d'activité dans son plan pauvreté. Il devrait être voté en 2020 et devrait regrouper les différentes aides. _"Il soumet ce revenu à une condition de reprise d'activité si l'on refuse deux emplois dits raisonnable_s, précise le président du Conseil départemental de la Gironde. Mais une personne handicapée qui refuserait deux emplois pourrait perdre son allocation adulte handicapé. De vraies questions se posent".

Voies dédiées au covoiturage et déviations de Fargues-Saint-Hilaire et du Taillan-Médoc

Le département de la Gironde a lancé deux chantiers importants cette semaine. Sur la route départementale 106, celle qui relie Bordeaux à Lège-Cap Ferret, au niveau de Saint-Jean-d'Illac, une voie réservée au covoiturage et aux transports en commun sera mise en place. Il y en aura trois au total en Gironde. "Ce n'est pas anecdotique, à condition qu'il y ait aussi des voies dédiées sur la rocade de Bordeaux" a affirmé Jean-Luc Gleyze. Autre chantier, celui de la déviation de Fargues-Saint-Hilaire. 25 000 véhicules traversent la commune chaque jour. Un point noir qui devrait être effacé d'ici deux ans.