Politique

Haute-Garonne : des maires rechignent à accueillir migrants et demandeurs d'asile

Par Jean Saint-Marc, France Bleu Toulouse samedi 8 octobre 2016 à 18:53

Lors de l'assemblée générale de l'association des maires, de nombreux élus interpellent le préfet
Lors de l'assemblée générale de l'association des maires, de nombreux élus interpellent le préfet © Radio France - Jean Saint-Marc

Lors de l'assemblée générale de l'association des maires de Haute-Garonne, ce samedi à Portet, de nombreux élus ont interpellé le préfet au sujet de l'accueil des migrants. Certains refusent d'accueillir des migrants sur leur commune, beaucoup sont réticents.

Le premier à prendre la parole ce samedi, et le plus énervé aussi, c'était Jean-Marc Dumoulin, maire UDI de Villemur-sur-Tarn. Il proteste contre la création d'un Cada (Centre d'accueil pour les demandeurs d'asiles) sur sa commune :"J'ai 5.800 habitants, 67 personnes qui vont arriver en surplus, et je ne comprends pas qu'on condense aussi fort sur ma commune"

JM Dumoulin : "comment opposer une misère à une autre misère ? On a des difficultés à héberger les gens en grande difficulté sur nos communes"

"6% de population étrangère qui arrive, c'est pas n'importe quoi" (sic) – Raoul Raspeau, maire divers gauche

"Condenser" c'est le mot - pas très heureux - que martèlent les élus locaux. Raoul Raspeau par exemple, maire divers gauche de Saint-Martory dans le Comminges. Un Cada a été créé en juillet sur sa commune : "50 places pour 950 habitants c'est trop. 6% de population étrangère qui arrive, c'est pas n'importe quoi... (sic)" Il reconnaît toutefois qu'il n'y a "pas de problème pour l'instant, j'espère que ça va durer." A Saint-Gaudens un autre maire divers gauche, Jean-Yves Duclos, proteste lui aussi contre la création d'un Cada.

"Nous ne revenons pas sur notre sens de l'accueil, mais..." – Louis Ferré, maire PS

Le maire de Carbonne, Bernard Bros, a tenté de les rassurer : "nous hébergeons dans des logements municipaux quinze réfugiés syriens depuis août. Tout se passe très bien. Si chacun faisait ce petit effort..." La position de Louis Ferré, maire PS de Bagnères-de-Luchon, est plus ambiguë.

L'an dernier sa commune a accueilli, pendant trois mois, une cinquantaine de migrants de Calais. Louis Ferré est de nouveau sollicité par l'Etat : "nous ne revenons pas sur notre sens de l'accueil, mais nous souhaitons que cette fois les moyens soient mis d'entrée. La dernière fois la restauration par exemple n'avait pas été prise en charge. Nous avons dû gérer ça avec les lycées pendant une semaine."

"Accueillir un peu plus de 1.000 personnes dans une région de 5,6 millions d'habitants, je ne pense pas que ce soit hors de notre portée" – le préfet Pascal Mailhos

Dans son discours à l'association des maires, ce samedi, le préfet de région Pascal Mailhos leur a lancé une critique en creux, félicitant "les maires qui accueillent des migrants, des maires dont les valeurs de solidarité et de fraternité ne sont pas toujours partagées". Il a ensuite tenté de déminer la situation : "il y a un travail de concertation pour la création des Cada. Pour les centres d'accueil pour les migrants de Calais, il est normal que nous trouvions rapidement des lieux, compte-tenu de la décision du gouvernement."

1.445 personnes doivent être accueillies en Occitanie. Il y a pour l'instant 354 places disponibles, il faut donc en créer 1091 : "dans une région de 5,6 millions d'habitants, je ne pense pas que ce soit hors de notre portée" estime Pascal Mailhos.

A LIRE AUSSI

Des manifestations pro et anti migrants dans plusieurs villes de France

Pour l'association France terre d'asile, "9 000 personnes à répartir dans tout le pays, ça ne pose aucun problème"

Partager sur :