Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Élections législatives 2017 en Occitanie

Haute-Garonne : les enjeux des législatives dans la 3e circonscription, la seule détenue par la droite

-
Par , France Bleu Occitanie
Toulouse, France

Cette circonscription qui va du quartier St Michel de Toulouse jusqu'à Verfeil, est la seule détenue aujourd'hui par la droite en Haute-Garonne, par la patronne LR dans le département Laurence Arribagé, qui compte bien la garder. Mais il y a 14 candidats en face, et beaucoup de femmes.

Cette circonscription va de la Garonne jusqu'au département du Tarn.
Cette circonscription va de la Garonne jusqu'au département du Tarn. © Radio France - Bénédicte Dupont

La 3e circonscription est à la fois urbaine et rurale. Elle va des quartiers toulousains Saint Michel et les Carmes jusqu'à Verfeil en passant par Balma. C'est aujourd'hui la seule circonscription détenue par la droite dans le département de la Haute-Garonne, par l'adjointe au maire de Toulouse et patronne des Républicains 31 Laurence Arribagé, qui a été élue en 2014 lors d'une législative partielle pour succéder à Jean-Luc Moudenc, devenu maire de Toulouse.

Combat de femmes

Laurence Arribagé espère bien conserver cette circonscription face aux 14 autres candidats et profiter du bon score de François Fillon au 1er tour de l'élection présidentielle. Ici, il est arrivé 2ème avec 25.1% des voix derrière Emmanuel Macron (29.2%), dont le mouvement la République en Marche est représenté par Corinne Vignon, une femme de 53 ans chef d'entreprise et maire sans étiquette de la petite commune de Flourens. Corinne Vignon estime qu'elle représente parfaitement le renouveau politique souhaité par le Président de la République. Elle se présente comme "une femme de terrain", capable de ce fait de faire remonter plus justement la réalité de ce que vivent les gens.

"Je ne serai pas une députée conventionnelle. Je suis une femme de terrain" - Corinne Vignon

Laurence Arribagé estime que l'argument du terrain et du renouveau ne tient pas face à elle, car elle a 48 ans et n'est "députée que depuis 3 ans". En revanche, elle assure que son demi-mandat lui a permis de gagner de l'expérience et de bien connaître les problématiques de ses électeurs. La députée sortante dit aussi qu'elle a su entendre le message de la Présidentielle et semble avoir mis un peu d'eau dans son vin. Celle qui a soutenu la candidature de Nicolas Sarkozy se présente aujourd'hui comme une femme "élevée à l'école Moudenc" et faisant "partie des gens plutôt modérés de (s)a famille politique". Elle affirme qu'elle sera "une députée constructive", si elle se retrouve dans l'opposition et votera "les projets de lois qui iront dans le bon sens comme le projet de moralisation de la vie publique".

"J'ai été élevée à l'école Moudenc, je fais partie plutôt des gens modérés de ma famille politique"

Du monde à gauche dans une circonscription plutôt "à droite"

Face à ces deux favorites, plusieurs candidats espèrent bien jouer les troubles fêtes, à commencer par Gilles Naudy, le candidat de la France Insoumise. Cet ingénieur du spatial, âgé de 49 ans, compte surfer sur la troisième place obtenue par Jean-Luc Mélenchon à la Présidentielle dans cette circonscription (avec 20.8% des voix).

"On peut se qualifier pour une triangulaire. On pourrait avoir du poids et tirer Macron sur la gauche" - Gilles Naudy

Mais Gilles Naudy n'est pas le seul à vouloir profiter du score de Mélenchon. Il devra partager les voix avec la communiste Martine Croquette, ancienne adjointe au maire de Toulouse. Et il y a beaucoup d'autres candidats à gauche dans cette circonscription, notamment la socialiste Isabelle Hardy, l'ancienne élue chargée du commerce et de l'artisanat à Toulouse dans l'équipe de Pierre Cohen. Elle estime qu'elle "représente les valeurs de gauche" face à deux favorites plutôt classées à droite. Isabelle Hardy rappelle que la candidate de la République en Marche "a soutenu Nicolas Sarkozy".

"C'est à la fois difficile est simple en terme de positionnement, je représente le PS et les valeurs de gauche" - Isabelle Hardy

Isabelle Hardy affirme qu'elle sera dans un positionnement de "vigilance constructive" si elle se retrouve dans l'hémicycle, et qu'elle votera les lois qui iront dans le sens des valeurs de la gauche, pas les autres.

Quid du FN, arrivé 4e au premier tour de la Présidentielle ?

De l'autre côté de l'échiquier politique, le Front National qui n'a pas fait un très gros score dans cette 3e circonscription (10.1%) a lui aussi choisi de présenter une femme : Sonia Decamps, une conductrice de bus de 57 ans qui habite en dehors de la circonscription, à Aucamville, et qui se présente pour la première fois à une élection. Elle veut être une "force d'opposition contre Emmanuel Macron".

"Je pense qu'il (Emmanuel Macron) va changer de gouvernement, imposer les ministres qu'il voudra et ça sera une dictature" - Sonia Decamps

D'une manière générale, sur le terrain les candidats portent surtout les enjeux nationaux. Le seul sujet local qui revient régulièrement, c'est l'autoroute Toulouse / Castres, un projet qui fait débat et qui concerne au premier chef les habitants de Verfeil et de l'Est de la circonscription.

La plus jeune candidate de Haute-Garonne

Dans cette circonscription, on trouve aussi Yannick Bourlès le candidat d'Europe Ecologie les Verts, Michel Laserge pour Lutte Ouvrière, des candidats issus de mouvements citoyens comme le divers gauche Michel Kaluszynski (membre de Bien commun), Marie-Ange Thébaud sous l'étiquette 100%. Le partie Pirate est représenté par Romain Gaboriaud. Benoît Calmels se présente sans étiquette, Sébastien Fabre défend les couleurs de UPR, Véronique Corchia représente le parti animaliste. Et puis, c'est une autre particularité de cette circonscription, on y trouve la plus jeune candidate de Haute-Garonne, Marie Buniquel, une étudiante de 20 ans pour le parti Allons Enfants. Notez que c'est encore une femme. Elles sont 8 sur les 15 candidats de cette circonscription !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess