Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Élections législatives 2017 en Occitanie

Haute-Garonne : les enjeux politiques des élections législatives dans la 4e circonscription

-
Par , France Bleu Occitanie
Toulouse, France

Circonscription 100% toulousaine, la 4e circonscription de Haute-Garonne est celle où se présentent cette année le plus grand nombre de candidats. Pas moins de 17 sont en compétition pour ces élections législatives.

Haute-Garonne : les enjeux politiques des élections législatives dans la 4e circonscription
Haute-Garonne : les enjeux politiques des élections législatives dans la 4e circonscription © Radio France - OF

Avec 17 candidats sur les rangs, la 4e circonscription est celle qui en compte le plus dans le département de la Haute-Garonne pour ces législatives. Un record mais finalement seulement deux de plus qu'il y a cinq ans dans cette circonscription entièrement toulousaine bien ancrée à gauche voire à gauche de la gauche où Jean-Luc Melenchon est arrivé en tête le 23 avril avec presque quatre points d'avance sur Emmanuel Macron.

Un proche de Jean-Luc Mélenchon candidat France insoumise

Il se murmure que cette circonscription qui compte certain quartiers populaires de Toulouse aurait pu être un point de chute au leader de la France insoumise. Au final c'est un de ses conseillers, l'économiste Liem Hoang Ngoc, qui se présente et même s'il a un petit caillou communiste avec Luc Ripoll, il peut espérer contrarier Martine Martinel la sortante socialiste bien implantée qui brigue un troisième mandat, d'autant que Benoit Hamon n'a rassemblé ici que 10.95% des voix le 23 avril.

Dans cette circonscription Emmanuel Macron a bénéficié le 7 mai d'un large report des voix de gauche. Le délégué départemental d'En marche, le jeune Mickael Nogal, un ex PS, compte sur cette dynamique mais lui aussi a son petit caillou dans le soulier avec Khadidjat Sy Forsans candidate du MDP de Robert Hue, pourtant allié d'En Marche.

Bertand Serp, adjoint au maire de Toulouse battu en 2012, retente sa chance dans une circonscription compliquée pour les Républicains et encore plus pour le FN. La conseillère régionale Maïthé Carsalade tentera de faire mieux que les 16% de Marine le Pen le 7 mai, son pire score dans le département .

Les autres candidats

Sont également candidats dans cette circonscription: Patrick Marcireau (Lutte ouvriere), Julian Menendez Gonzalez (P.O.I.D), Fatiha Merchougui (UPR), Nina Merciez (Parti Animaliste), Elisabeth Matak (EELV), Fathiha Boudjahlat (MRC), Mustafa Demirel (Parti égalité Justice), Karim Moutaouakkil (Rassemblement Eco-citoyen) Julienne Mukabucyana (DVG), David Amar (divers)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess