Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Haute-Garonne : les maires demandent plus de considération avant les municipales

-
Par , France Bleu Occitanie

Plusieurs centaines de maires de Haute-Garonne se sont réunis ce samedi à Portet-sur-Garonne pour l'assemblée générale de l'Association des maires de France 31. Un moment d'échange où beaucoup d'entre-eux en ont profité pour faire remonter les difficultés qu'ils rencontrent.

Le préfet de Haute-Garonne, Etienne Guyot, a tenté de rassurer les maires
Le préfet de Haute-Garonne, Etienne Guyot, a tenté de rassurer les maires © Radio France - Théo Caubel

Portet-sur-Garonne, France

Les maires, notamment ceux des petites communes, ont le blues. Ce n'est pas nouveau mais à moins de six mois des municipales le phénomène a de quoi inquiéter.

Ce samedi, l'assemblée générale de l'Association des maires de France 31 (AMF31) a réuni plusieurs centaines d'élus du département à Portet-sur-Garonne. Ce rassemblement est un rendez-vous de travail annuel qui permet de faire remonter les difficultés et les interrogations. Cette année les échanges ont duré plus de 5h.

"On se sent isolé"

Le manque de proximité avec les administrations, les difficultés avec les groupements de communes, les agressions physiques de la part des administrés, voici quelques-unes des problématiques soulevées. Monique Rey est maire d'Eoux depuis 2001. Elle a vu la fonction changer. "C'est dur parce qu'on est face à de nombreux changements. On a été éloigné de ce qu'on avait créé, de la proximité. Et aujourd'hui, _on se sent isolé_", déplore-t-elle.

"Il est difficile de croire les paroles des instances politiques et même des élus de haut lieu" Claude Lafon, maire de Montesquieu-Lauragais

Le préfet de Haute-Garonne, Etienne Guyot, avait fait le déplacement pour l'occasion. Et il a tenté de rassurer les élus. "Leur prochain mandat pourra s'exercer dans des conditions plus simples, assure-t-il. Ils seront davantage aidés aussi bien en terme de formation, de protection juridique, etc. On aura un meilleur fonctionnement entre les intercommunalités et les communes. Ce sont les objectifs des lois qui arrivent."

Des élus qui ne croient plus aux promesses

Mais ces promesses n'ont pas forcément convaincu. "Je n'y crois pas, explique Claude Lafon, maire de Montesquieu-Lauragais. Il est difficile de croire les paroles des instances politiques et même des élus de haut lieu. On le constate au fil des ans, il y a _beaucoup de parole mais il n'y a pas beaucoup de faits_."

Et il n'est pas le seul à douter. Même l'Association des maires de France se questionne. "On se fait un petit peu avoir, sur pas mal de sujets", reconnait Jean-Louis-Puisségur, le président de l'AMF 31. Il souhaite même une transformation de l'association qui est aujourd'hui une instance de dialogue avec l'Etat. "On doit être force de propositions parce que nous nous sommes rendus compte que discuter les lois ça ne mène pas à grand chose. Il faut qu'aujourd'hui on arrache nos idées", ajoute-t-il. 

Les conseillers municipaux pourraient manquer lors des prochaines municipales

Et des actions des maires ne sont pas à exclure. "On a sur les déchets ménagers la TGAP, la taxe générale sur les activités polluantes. Et il est envisagé sur les centres d'enfouissement de la faire passer cette taxe, tenez-vous bien, de 26€ à 60€. C'est totalement illogique. Je suis entrain de fédérer des élus au niveau national et il n'est pas question qu'on paie la différence. Quand on nous demandera 60€, on payera que 26€", assure Jean-Louis-Puisségur.

Et les élus mettent en garde, il n'y a pas que les maires qui ne veulent pas se représenter aux prochaines élections. Les conseillers municipaux jettent aussi l'éponge. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu