Politique

Haute-Vienne : la citadelle socialiste n'est plus imprenable

France Bleu Limousin samedi 14 mars 2015 à 6:00

Le logo du Conseil général de la Haute-Vienne.

Le Parti socialiste n'aborde pas les élections départementales en position d'archi-favori, une situation inédite en Haute-Vienne. La droite, qui se présente unie, mais aussi les autres partis de gauche et le Front national espèrent en profiter.

Après Limoges, le PS peut-il perdre la Haute-Vienne ? La majorité socialiste, qui a toujours dirigé le département, est clairement en danger cette année : fragilisée par le contexte national et les résultats des dernières élections locales, elle aborde ces départementales en solitaire. Le reste de la gauche a refusé toute alliance avec les candidats PS pour lancer son propre mouvement, "L'Alternative", qui rassemble le Parti de gauche, le Parti communiste, ADS (communistes réformistes haut-viennois) et Europe écologie - les Verts.

Au contraire, la droite et le centre se sont rassemblés dès le premier tour :  UMP, UDI, Parti radical et Modem sont pour la première fois uni dans chaque canton, une première en Haute-Vienne. La prise de Limoges par la droite, aux municipales de l'année dernière, fait dire à de nombreux observateurs que le département pourrait basculer à son tour.

L'autre grande incertitude de ce scrutin concerne le score du Front national : les résultats de l'extrême-droite ont grimpé progressivement, jusqu'à atteindre des niveaux historiques aux européennes, notamment dans certains cantons de Limoges intra-muros et quelques zones rurales. Le FN pourrait bien être présent dans plusieurs seconds tours , d'autant que d'anciens électeurs de gauche se tournent vers lui.