Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Hayange : une fête du cochon "pas du tout politisée"... mais un peu quand même

dimanche 2 septembre 2018 à 20:04 Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Ce dimanche, à Hayange, c'était la cinquième édition de la Fête du cochon, organisée depuis son élection par le maire RN Fabien Engelmann. Quelque 5000 personnes ont participé à l’événement, a première vue une fête populaire comme les autres, mais à l'ambiance forcément politique.

Le cochon gonflable emblème de la fête d'Hayange
Le cochon gonflable emblème de la fête d'Hayange © Radio France - Magali Fichter

Hayange, France

Un week-end politique chargé à la droite de la droite. Alors que Florian Philippot organisait, ce dimanche, le lancement de sa campagne européenne avec les Patriotes à Forbach, et que les fédérations 54 et 57 du Rassemblement national, ex-FN, se réunissaient à Lagarde, c'était la cinquième édition de la Fête du cochon à Hayange. Un évènement organisé depuis son élection par le maire RN Fabien Engelmann, qui a réuni, cette fois-ci, quelque 5000 personnes. 

De grandes tablées devant l'hôtel de ville d'Hayange - Radio France
De grandes tablées devant l'hôtel de ville d'Hayange © Radio France - Magali Fichter

Il l'avait déjà dit sur notre antenne cette semaine, il l'a à nouveau martelé : "Il ne s'agit pas d'une fête politique", mais d'un rassemblement populaire, tout en insistant sur "les valeurs traditionnelles, la culture et l'identité française à respecter avant tout".  Parmi la foule, on trouve en effet beaucoup de familles venues simplement manger un morceau et danser sur les reprises de Johnny Hallyday. Mais aussi des looks et des tatouages éloquents qui rappellent les codes de groupuscules d'extrême-droite, même si le maire "n'en a pas vu. Cette fête est ouverte à tout le monde, sans sectarisme, du moment que les règles sont respectées."

Peu importe que le maire soit RN, l'important ce sont les valeurs et les traditions" - Sandrine, une participante

Pas de politique, c'est aussi là dessus qu'insiste Sandrine, une Belge installée dans les Ardennes qui a fait le déplacement spécialement pour la fête du cochon : "Peu importe que le maire soit RN, l'important ce sont les valeurs et les traditions. Le maire fait des choses super chouettes dans sa commune, tout le monde est content, je ne vois pas la dimension politique, c'est bête !

Tiffany quant à elle, se dit agacée par la polémique. En revanche, elle adhère totalement au slogan de la fête, "Fiers de notre culture" : "Parce qu'on est dans notre pays, si on a envie de manger du cochon, je ne vois pas pourquoi ça dérange certaines personnes. D'autres villages organisent des fêtes du cochon sans que ça pose aucun problème". 

Reste que dans le discours ambiant, les thèses - politiques, donc - du Rassemblement national, sur la défense de l'identité nationale notamment, reviennent régulièrement. En tout cas, politique ou pas, les organisateurs se félicitent de la fréquentation : un peu plus de 5000 personnes selon la mairie, c'est plus que l'année dernière.