Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Canicule : 78 départements en vigilance orange, "le recours au soin commence à augmenter"
Politique

Hervé Mariton de nouveau candidat à la mairie de Crest en 2020

Le maire de Crest dans la Drôme, élu en 1995, se représentera pour un nouveau mandat aux municipales l'an prochain. Mais il devrait quitter la présidence des Républicains d'ici la fin de l'année.

Hervé Mariton, maire de Crest
Hervé Mariton, maire de Crest © Radio France - Sonia Ghobri

Crest, France

Hervé Mariton y retourne ! Maire de Crest depuis 24 ans, il annonce ce lundi matin son intention de se représenter aux municipales de 2020. Il dévoile par la même occasion son slogan de campagne : "parce que nous aimons Crest".
Le candidat lance un appel pour une équipe municipale de tous bords politiques, y compris à son opposition. Chacun peut déposer sa candidature sur le site « equipe.parcenousaimonscrest.fr ». Aucune date butoir n’est fixée pour le moment. "J’accorde une entière confiance à mon équipe municipale mais il faut s’ouvrir à des hommes et des femmes nouvelles, à des projets nouveaux", précise-t-il. 

Hervé Mariton quitte la présidence du parti Les Républicains de la Drôme

Par ailleurs, Hervé Mariton démissionnera de la présidence du parti Les Républicains dans la Drôme d'ici la fin de l'année. "_Je souhaite faire passer un message clair sur la dimension non partisane de ma prochaine liste"_. Une annonce qui intervient néanmoins, au lendemain du revers de LR aux élections européennes. 

Mais selon l'élu, cela n'a rien à voir avec les résultats de son parti qu'il qualifie de "médiocres". "Je ne quitte pas ma formation politique. J’assume ma responsabilité aujourd’hui, quand il faut faire le job je fais le job, comme ce dimanche suite aux résultats. Je ne renonce pas à mes idées, je suis un homme de conviction. Mais je dis simplement que la gestion d'une petite ville d'un peu moins de 9.000 habitants, ce n'est pas un sujet partisan. Mais il ne suffit pas de le dire, il faut le prouver". 

Seulement, sa proposition est accueillie très froidement par l’opposition crestoise. François Bouis tête de la liste "l’alternative pour Crest en 2014 ", ne croit pas que cette démarche soit sincère. "Il semblerait que Monsieur Mariton ait cette fois un peu peu plus de mal à remplir sa liste. Mais tout le monde à Crest le connaît, nous connaissons son habitude de tout commander, de tout diriger seul. Donc cela n’intéressera que ses partisans. L’opposition a bien l’intention de le remplacer". François Bouis ne sera pas tête de liste aux prochaines élections municipales. Quant au socialiste Samuel Arnaud, du "Mistral crestois", il ne souhaite pas réagir pour moment. Il estime qu’Hervé Mariton n’a pas à dicter son calendrier. 

Un mandat plus participatif 

Pourtant Hervé Mariton promet que son cinquième mandat, s’il est réélu, impliquera davantage les citoyens. Il annonce d’ores et déjà deux propositions : d’abord, une forme de R.I.C local, le référendum d’initiative citoyenne demandé par les gilets jaunes. Dès lors qu’un texte autour d’une idée, d’une proposition sera signé par 10% des électeurs crestois, le conseil municipal aura l’obligation d’en débattre.

Puis toujours dans cette logique de démocratie participative, Hervé Mariton souhaite mettre en place un groupe de « citoyens actifs ». Il s’inspire de l’initiative Bernard Vallon, le maire de Montélier (Drôme). "On peut imaginer qu’il y ait plus de volontaires que nécessaire pour une équipe municipale. La liste étant limitée à 29 noms. Certains seront autour de la table du conseil municipal, d’autres peut-être pas. J’espère que ceux-là créeront un groupe de citoyens actifs". Ce groupe serait ouvert plus largement à tous les crestois qui souhaitent s’engager davantage dans la vie de la commune, sans pour autant être élu au conseil municipal.  

Le dernier mandat municipal d'Hervé Mariton 

Ce cinquième mandat serait aussi le mandat de la transmission. C’est le souhait du maire LR de Crest. Il ne compte pas se présenter aux élections municipales de 2026 et espère donc, trouver son successeur ou sa successeuse. "Je ne suis pas éternel, j’en suis parfaitement conscient. C’est pourquoi je souhaite que dans le travail qui va s’engager dans le prochain mandat, on puisse au fil du temps, faire émerger très clairement l’homme ou la femme qui sera amené à devenir un jour maire de Crest"

"Je vais bien!" - Hervé Mariton, maire LR de Crest 

Mais dans le même temps, Hervé Mariton veut rassurer les crestois inquiets de son état de santé. L’élu a fait un arrêt cardio-respiratoire le 1er janvier 2017. "C’est évidemment un événement grave dont souvent, on ne se remet pas. J’ai eu le bonheur de faire partie des quelques pourcents de gens à survivre, grâce à l’efficacité des pompiers de Savoie où je me trouvais à ce moment-là. Mais maintenant je vais bien ! Alors bien sûr, je fais attention à mon alimentation, je fais du sport, je vais à la piscine", raconte-t-il avec une pointe d’ironie, avant d’ajouter : "je dors un peu plus. Je dormais cinq heures par nuit mais cela à des limites. Je peux vous dire que dans mon cas, ça ne dure pas éternellement". Le maire candidat à sa propre succession promet qu’il ne se serait pas lancé s’il ne se sentait pas capable d’assumer un nouveau mandat de six ans. 

"Hervé Mariton doit se relancer et faire une campagne longue. Je pense que c'est dû à l'échec du centre aquatique " - François Bouis

Mais pourquoi annoncer sa candidature dix mois avant le scrutin ? Hervé Mariton le concède, c’est tôt par rapport à l’élection municipale, en mars 2020. "Mais je pense simplement que c’est une question de cohérence. Je ne suis pas en campagne, je prépare la campagne. Si on veut une équipe vraiment ouverte, cela ne peut pas s’organiser deux mois avant le scrutin. Alors que dix mois avant, ça laisse le temps aux bonnes volontés, aux talents, aux idées de s’exprimer et d’être fécondes pour l’avenir de la ville". Il estime par ailleurs qu’il aurait été "baroque" d’annoncer sa candidature avant les élections européennes. 

Toutefois selon François Bouis, une autre raison motive le maire de Crest. _"_Je pense que c'est dû à l'échec du centre aquatique. Et suite à cet échec, Hervé Mariton doit se relancer et faire une campagne longue. C’est étonnant pour un maire sortant. Il avait l'habitude de partir seulement deux mois avant les élections".

Le projet de centre aquatique sera-t-il dans le prochain programme municipal ? 

Le projet de centre aquatique est une véritable épine dans le pied du maire. Les élus de la communauté de communes du Crestois et du Pays de Saillans l’ont définitivement abandonné le 16 mai. Une décision qu’Hervé Mariton a encore du mal à accepter : « il y a eu dès le départ, un certain nombre de critiques violentes liées à un combat politique dans lequel je ne suis plus. Le projet a beaucoup traîné, je ne veux pas reprendre le détail … mais remettre en cause le dossier initial, ça prend du temps; les erreurs administratives, ça prend du temps. Mon erreur a été de ne pas m’impliquer davantage. Pour moi, c‘était un signe de confiance à l'égard de l'intercommunalité mais ça a été perçu comme un signe de faiblesse. » 

Hervé Mariton ne souhaite pas enterrer ce projet de centre aquatique "nous continuons de penser qu'il y a un besoin à Crest". Il reste toutefois prudent, il appartiendra au prochain conseil municipal d’en débattre : « On ne perd pas l’idée. Il faudra évidemment que les orientations soient claires lors des élections au mois de mars 2020, mais tout est ouvert au débat »