Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Hervé Saulignac sur l'affaire Benalla : "la sécurité publique est une affaire politique"

mardi 24 juillet 2018 à 5:44 Par Nathalie Rodrigues, France Bleu Drôme Ardèche

Le député Nouvelle Gauche de l'Ardèche, Hervé Saulignac, répond à ceux qui dénoncent une dérive politique de l'affaire Benalla.

Hervé Saulignac, député de l'Ardèche, à l'Assemblée Nationale
Hervé Saulignac, député de l'Ardèche, à l'Assemblée Nationale © Radio France - Florence Gotschaux

Alors que les auditions s'enchaînent devant la commission d'enquête parlementaire, Alexandre Benalla s'exprime par la voix de ses avocats.  Dans un communiqué, il explique avoir voulu "prêter main forte" aux policiers face à des manifestants virulents le 1er mai dernier et dénonce "l'utilisation médiatique et politique" de son intervention contestée.

Le député ardéchois Hervé Saulignac, membre de la commission des lois devenue temporairement commission d'enquête à l'Assemblée Nationale, justifie le fait que cette affaire soit devenue politique.

"La République doit la sécurité et la protection à ses citoyens. C'est une affaire politique au sens noble du terme. Nous devons savoir si, dans ce pays, il y a une double police." - Hervé Saulignac, député de l'Ardèche

La sécurité publique est une "affaire sérieuse", une "affaire politique" explique le député Nouvelle Gauche : "ce n'est pas une affaire politicienne, mais une affaire politique au sens noble du terme. Nous devons savoir si, dans ce pays, il y a une double police ; si, dans ce pays, il y a des responsables de cabinet à l'Élysée qui se permettent de prendre un casque, de porter les insignes de la République et de se faire passer pour des policiers qu'ils ne sont pas, de surcroît pour aller frapper des manifestants, ce que personne n'a le droit de faire". 

Hervé Saulignac : "c'est une affaire politique au sens noble du terme"

L'autre députée de Drôme-Ardèche  présente dans cette commission d'enquête, la députée La République En Marche Alice Thourot, n'a pas souhaité s'exprimer tout de suite; elle attend que les auditions soient plus avancées. Elles pourraient durer plus d'une semaine.