Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Hesdin : la Chambre régionale taille dans le budget communal et gèle des investissements

samedi 30 juin 2018 à 2:02 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Le beffroi, le manège et la médiathèque, un million d’euros de gros travaux vont être annulés à Hesdin. Une recommandation de la Chambre régionale des comptes, que le préfet va devoir valider. Le budget de la commune n’a pas été valablement voté, fin avrill. Le maire est en minorité depuis des mois.

Le budget de Stéphane Sieczkowski-Samier, le maire d'Hesdin, est retoqué. La Chambre régionale des comptes propose d'annuler un million d'euros de gros travaux.
Le budget de Stéphane Sieczkowski-Samier, le maire d'Hesdin, est retoqué. La Chambre régionale des comptes propose d'annuler un million d'euros de gros travaux. © Maxppp - Baziz Chibane

Hesdin

Il pensait qu’il était tiré d’affaires avec son budget 2018. Mais Stéphane Sieczkowski-Samier, le maire d’Hesdin, est rattrapé par la préfecture. Les services de l’Etat considèrent que le budget, adopté au forceps, en deuxième passage, le 30 avril dernier, est illégal, car hors délais. Le préfet a donc saisi la Chambre régionale des comptes, pour fixer les dépenses de la commune. Son rapport vient d’être rendu public, il est rude pour le maire.

Plusieurs grands projets devront attendre, comme la rénovation d’une avenue, la mise en sécurité du beffroi, la future médiathèque ou encore la transformation du manège en espace de congrès. Ces investissements, le maire les avait engagés. Or la règle est claire : sans validation du conseil municipal, seul un quart des dépenses peut être décidé seul par Stéphane Sieczkowski-Samier, et là, on est largement au-delà. Il y en a pour plus de 600 000 euros. 

Un million d'euros d'investissements gelés

Globalement, les magistrats divisent par deux l’enveloppe des investissements, en la baissant d'un million d'euros. Et ils placent la commune sous surveillance, pendant deux ans, même si les élus finissent par se mettre d’accord. Dans leur rapport les magistrats rappellent aussi au maire quelques règles de gestion des finances publiques, comme l’obligation de tenir une comptabilité des dépenses engagées.

Dans deux ans le mandat de Stéphane Sieczkowski-Samier se termine. Et on sait déjà qu'il ne pourra pas se représenter, car il a été déclaré inéligible.  Sollicité par France Bleu Nord, il n'a pas répondu à nos demandes d'interview.