Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il faut créer davantage de transports en commun" : l'appel du président LR du département de l'Essonne

-
Par , France Bleu Paris

Le président Les Républicains du département de l'Essonne, François Durovray, estime qu'il faut moderniser les transports pour répondre à l'affluence, notamment le RER D, inchangé depuis des années. Invité de France Bleu Paris ce mercredi, il réclame aussi plus de compétences pour les départements.

François Durouvray, président LR du département de l'Essonne, invité de France Bleu Paris ce mercredi 17 juin
François Durouvray, président LR du département de l'Essonne, invité de France Bleu Paris ce mercredi 17 juin © Radio France - Jeanne Daucé

Plus de place pour les départements. Invité de France Bleu Paris ce mercredi, le président Les Républicains (LR) du département de l'Essonne, François Durovray, estime qu'il faut accorder davantage de compétences aux départements, et clarifier leur rôle.

Selon un sondage commandé par le président LR du département de l'Essonne, "_le bon est dans le "près"_. 87 % des Français sont heureux de vivre dans leur département, 80 % estime que le département fonctionne. Les départements sont "solides, l'Etat va pouvoir s'appuyer dessus demain", souhaite François Durovray.

Des blocs de compétences plus clairs pour les départements

Dans son discours dimanche 14 juin, Emmanuel Macron a dit vouloir laisser plus de place aux élus locaux. Pendant le confinement,"on a prouvé notre agilité, notre résilience sur nos compétences propres : _les transports, les collèges, les compétences sociales_. Nos concitoyens attendent que les départements agissent davantage, on est plus à même avec des acteurs locaux de trouver des solutions", détaille le président LR de l'Essonne. 

On a prouvé notre agilité sur nos compétences propres : les transports, les collèges... -François Durouvray, président LR du département de l'Essonne

Pour François Durovray, il faut aussi accorder davantage de compétences au département, notamment dans le domaine économique qui a été retiré aux départements en 2016 : "Les Français ne savent pas exactement qui fait quoi, je demande des blocs ce compétences clairement identifiés. Exemple : les maisons de retraite. _On est responsables de l'hébergement, l'Etat via l'Agence régionale de santé est responsable du soin_. Dans les collèges, les agents du département assurent l'entretien et font des repas mais les gestionnaires qui font les commandes sont toujours sous la responsabilité de l'Etat. Par exemple , je veux mettre en place les produits locaux ou bio dans les collèges mais certains gestionnaires s'y opposent : c'est ubuesque." 

Île-de-France Mobilités en difficulté

François Durouvray, également administrateur d'Île-de-France Mobilités, publie un texte dans le journal La Tribune appelle à "sauver les transports en commun". 

Avec la crise, Île-de-France Mobilités a perdu "2,6 milliards d'euros de recettes sur 10 milliards". Un vrai danger pour François Durovray, qui appelle l'Etat à agir : "_Si rien n'est fait, Île-de-France Mobilités n'aura plus les moyens de payer la RATP et la SNCF__. L'Etat a mis à l'arrêt les transports publics, c'est-à-lui de prendre des mesures. Il est paradoxal que l'Etat, venu au secours des secteurs industriels, ne vienne pas au secours des transports public_s."

Hors de question de "reporter la facture sur les usagers".

"Si on ne finance pas, on ne pourra plus monter dans le RER D", faute de place

Autre priorité pour François Durouvray : créer davantage de transports. "on voit bien qu'il y a un problème de congestion", estime le président du département de l'Essonne.

On a trois fois plus d'usagers qu'il y a 20 ans dans le RER D, avec les mêmes rails et les mêmes rames - François Durouvray, président LR du département de l'Essonne

"On a trois fois plus d'usagers qu'il y a 20 ans dans le RER D, avec les mêmes rails et les mêmes rames, souligne François Durouvray. _Une solution est d'automatiser un peu les RER, comme la ligne 14 du métro. Ce système qui s'appelle NExTEO, qui permettrait sous cinq ans d'automatiser les RER B et D et donc d'_augmenter le nombre de trains matin et soir." 

Problème selon le président du département de l'Essonne : "ce projet est bloqué, nous avons découvert cette situation il y a six mois. Si on ne finance pas, on ne pourra plus monter dans les RER car il n'y aura plus de place".

François Durouvray, président LR du département de l'Essonne, invité de France Bleu Paris ce mercredi 17 juin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu