Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il faut d'abord renforcer la police nationale" répond Thierry Miguel au maire de Limoges

-
Par , France Bleu Limousin

Les élus de gauche à la ville de Limoges ont exprimé certaines de leurs divergences avec la majorité ce mercredi auprès de la presse locale. Place de la République, pistes cyclables mais aussi sur le rôle de la police municipale après la signature d'une tribune dans le JDD par Emile-Roger Lombertie.

Thierry Miguel ne partage pas l'avis du maire de Limoges sur le rôle de la police municipale
Thierry Miguel ne partage pas l'avis du maire de Limoges sur le rôle de la police municipale © Radio France - Alain Ginestet

La signature d'une tribune de 18 élus Les Républicains, dont le maire de Limoges, n'est pas passée inaperçue auprès de son opposition. Une tribune publiée ce dimanche dans le JDD, en faveur du renforcement des pouvoirs de la police municipale. Pour son principal opposant et adversaire lors des dernières élections Thierry Miguel, la droite fait de ce thème un instrument politique. Ce que cet ancien haut gradé de la police nationale a du mal à accepter. "On voit bien qu'il y a une sorte de manipulation politique au niveau national puisque la tribune est co-signée par des maires Les Républicains" estime t-il.

L'insécurité souvent utilisée de manière idéologique 

A ses yeux, "le parti Les Républicains a envie de mettre l'insécurité au cœur des futures échéances électorales". Selon lui "l'insécurité, et c'est terrible, est souvent utilisée de manière idéologique lors des élections." Pour Thierry Miguel, "la sécurité de tous est quelque chose de beaucoup trop important pour être laissée à des petites querelles partisanes et politiciennes." S'il sait très bien que les problèmes de sécurité ne sont pas une vue de l'esprit, il estime que c'est d'abord à son ancienne maison, la Police Nationale, de s'en charger, avec le soutien d'une police municipale qui aurait entièrement retrouvé son rôle de police de proximité. 

"Nous ne sommes pas d'accord car pour moi, il doit d'abord y avoir une Police Nationale qui doit être renforcée avec des missions bien définies" tranche Thierry Miguel. "La police municipale doit s'inscrire dans la police de proximité qui manque beaucoup" selon lui. "Les outils qu'on pourrait mettre en place pour la police municipale ne sont pas les mêmes que ceux que voudraient mettre en avant l’actuel maire de Limoges". Dans leur tribune, les élus de droite demandent l'accès à différents fichiers, dont les fameux fichiers S, la possibilité de réaliser des contrôles d'identité, ou encore l'autorisation de fermer "les établissements posant des problèmes récurrents de tranquillité publique".

Pas le même regard sur le rôle à donner à la police municipale 

Selon Thierry Miguel, "il faut d'abord mener des diagnostics de sécurité et mieux sectoriser les missions de la police municipale pour rattacher les agents à des quartiers et à un certain nombre de personnes". Cela faciliterait selon lui la remontée des informations vers leurs collègues de la police nationale. "Chacun son rôle" estime l'ancien policier. Un fonctionnement dont il est certain de l'efficacité, notamment "dans la lutte contre les trafics de drogue et la radicalisation". Des sujets qu'il connait bien du fait de ses anciennes fonctions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess