Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Il faut des électrochocs" en matière d'écologie selon l'eurodéputée Michèle Rivasi

mercredi 29 août 2018 à 13:44 Par Lionel Cariou, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu Isère

Elle comprend et respecte la décision de Nicolas Hulot de quitter le gouvernement mais la trouve "un peu tragique". Michèle Rivasi (Europe Ecologie Les Verts) était l'invitée de France Bleu ce mercredi matin.

Michèle Rivasi
Michèle Rivasi © Radio France - Laurent Grolée

Auvergne-Rhône-Alpes, France

"Vous ne pouvez pas modifier l'agriculture si vous êtes tout seul ; vous ne pouvez pas modifier la politique énergétique si vous êtes tout seul" a martelé ce mercredi matin sur France Bleu Isère l'eurodéputée (EELV) Michèle Rivasi. Pour elle, la démission de Nicolas Hulot montre que le gouvernement considère l'écologie comme... "un pot de fleur". 

"Je trouve que c'est même un peu tragique cette démission de Nicolas Hulot poursuit Michèle Rivasi. Je la comprends, je la respecte, je trouve qu'il a été courageux et responsable, mais ça veut dire qu'on n'y arrive pas. On a des élus qui ne comprennent pas les enjeux." Et elle estime qu'il faut des "électrochocs" comme la démission de Hulot pour prendre conscience des problèmes.

Mchèle Rivasi sur France Bleu Isère ce mercredi matin

L'eurodéputée ne met qu'une seule chose au crédit du désormais ex-ministre de la transition écologique et solidaire : Notre-Dame-des-Landes (autrement dit l'abandon du projet d'aéroport). Et le reste ? "Ce sont des mots! Le glyphosate ? Dans trois ans, ce n'est toujours pas inscrit dans la loi !" se désespère Michèle Rivasi.

Pas d'alliance avec des partis aux européennes 

Sur la question de la stratégie de son parti EELV aux élections européennes de 2019, l'eurodéputée, seconde sur la liste de Yannick Jadot, exclue toute alliance avec un mouvement ou un parti. Elle préfère prôner un rassemblement des forces de la société civiles et de "personnalités" autour de "l'adhésion à un projet".