Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il faut libérer le pays et l'économie" lance Stéphane Ravier, sénateur Rassemblement national 13

-
Par , France Bleu Provence

Le déconfinement n'est pas d'actualité a dit ce jeudi le ministre de la santé Olivier Véran. Des propos qui ne plaisent pas à Stéphane Ravier, le sénateur Rassemblement National des Bouches-du-Rhône estime sur France Bleu Provence "les Français ne sont pas prêts à être désincarcérés" dit-il.

Stéphane Ravier, candidat Rassemblement National à Marseille, arrive en troisième position de ce second tour.
Stéphane Ravier, candidat Rassemblement National à Marseille, arrive en troisième position de ce second tour. © Radio France - Bruno Blanzat

Les chiffres de l'épidémie de Covid-19 s'améliorent doucement, mais le ministre de la santé prévient "le confinement n'est pas terminé". Une petite phrase qui fait réagir le sénateur Rassemblement National des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier qui estime que les Français sont aujourd'hui emprisonnés. 

"Il est plus facile de mettre 67 millions de français en prison chez eux plutôt que d'arrêter les délinquants et les islamistes. Olivier Véran tire les enseignements du 1er confinement mais pour se protéger lui-même." - Stéphane Ravier 

A propos de l'ouverture des commerces, le sénateur Rassemblement National estime qu'il est urgent qu'ils puissent rapidement lever le rideau. 

"Il faut libérer le pays. Il faut libérer le pays en libérant l'économie. J'étais il y a quelques jours avec les commerçants, ils sont en pleurs, ils ont un choc. C'est un drame humain qui se profile. Et il y a des incohérences : les fleuristes ont le droit de vendre des sapins alors que les santonniers ne peuvent pas vendre leur production alors qu'ils font 80% de leur chiffre d'affaires en fin d'année."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess