Politique

VIDEO - "Il faut que chaque électeur de gauche se prenne en main" : Dominique Bertinotti

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région lundi 3 octobre 2016 à 8:46

Dominique Bertinotti
Dominique Bertinotti © Radio France - Martine Bréson

L'ancienne ministre des familles, Dominique Bertinotti, ex-maire du 4e arrondissement de Paris était l'invitée de France Bleu. Elle a évoqué son livre "Le jour où la gauche s'est perdue...". Elle est revenue sur son action en tant que ministre. Elle a parlé de la gauche et des voies sur berges.

Dominique Bertinotti, ancienne ministre PS des familles qui a porté la loi sur le mariage pour tous, ex maire du 4e arrondissement de Paris, était l'invitée de France Bleu à 8h10. Elle vient de publier un livre "Le jour où la gauche s'est perdue..." aux éditions Calmann-levy. Elle est revenue sur les grands thèmes abordés dans son livre. Elle a expliqué qu'elle avait voulu mener une réflexion sur ce qu'ont été ses mandats. Elle a donné sa vision de la gauche et elle dit ses craintes pour la prochaine élection. Elle estime que la gauche n'affirme pas assez ses idées. Elle comprend "qu'il y ait une crise de confiance face à la politique". Elle a affirmé qu'elle était fière d'avoir porté la loi sur le mariage pour tous. Sur la piétonisation des voies sur berges, Dominique Bertinotti estime que la consultation n'a pas été assez importante.

Regardez l'interview de Dominique Bertinotti à la fin de cet article.

A retenir

Son livre : "Le jour où la gauche s'est perdue..."

"J'avais l'intention de mener une réflexion sur ce qu'ont été mes mandats de maire et de ministre. Moi j'ai mis vraiment les mains dans le charbon. J'assume totalement ma participation, mon action. Ce que je crains... c'est qu'on finisse chez certains de nos électeurs par avoir le choix entre abstentionnisme et le populisme".

"J'aime la gauche, je suis passionnément de gauche, je crois qu'aujourd'hui, elle s'est effectivement un peu perdue, il s'agit qu'elle se remobilise et qu'elle se redynamise". "Vous savez dans ce genre de chose, il n'y a jamais la responsabilité d'un homme, ça serait tellement facile parce qu'à ce moment-là, il suffirait de changer l'homme et puis tout irait mieux..." "...on a fini par s'assoupir sur un certain nombre de valeurs".

Pour Dominique Bertinotti, des petites phrases comme "Je ne suis ni de droite ni de gauche " sont très "toxiques".

"Ce qui manque à la gauche, c'est qu'elle a perdu le sens d'avoir une philosophie sociale et politique bien affirmée et claire pour les électeurs. Après, on peut être d'accord, pas d'accord, c'est le jeu de la démocratie".

Le mariage pour tous

"Je suis très fière d'avoir participé à cette conquête... mais ce qui est intéressant dans cette analyse après coup c'est qu'effectivement on l'a fait de façon frileuse... au lieu d'en faire une belle victoire... Il fallait le porter haut et fort... On s'est laissé enfermer dans une rhétorique très conservatrice et il y avait quand même, je le dis très clairement, une forme d'impréparation idéologique.. un assoupissement idéologique."

"Ce livre se termine par de l'espoir, de l'espérance, un appel à la mobilisation".

La piétonisation des voies sur berges

Dominique Bertinotti estime qu'il est nécessaire de réduire la circulation automobile pour lutter contre la pollution. J'aurais préféré être plus consultée... Je pense que, trop souvent, on confond participatif et consultatif.

Regardez l’interview de Dominique Bertinotti :

Partager sur :