Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Il faut savoir tourner la page, et cela est valable pour monsieur Carignon" (Bernard Accoyer, secrétaire général LR)

dimanche 3 décembre 2017 à 11:20 - Mis à jour le dimanche 3 décembre 2017 à 17:52 Par Julien Morin, France Bleu Isère et France Bleu Pays de Savoie

Invité de l'émission "Dimanche en politique" sur France 3 en partenariat avec France Bleu Isère, le secrétaire général des Républicains Bernard Accoyer a lâché la petite phrase qui devrait faire réagir la droite grenobloise. Il invite l'ancien maire de Grenoble Alain Carignon à "tourner la page".

Alain Carignon (à g.) a été clairement tâclé par Bernard Accoyer (à d.).
Alain Carignon (à g.) a été clairement tâclé par Bernard Accoyer (à d.). © Maxppp -

Grenoble, France

La charge devrait déclencher son lot de réactions. Dans l'émission "Dimanche en politique" diffusé sur France 3 et en partenariat avec France Bleu Isère, Bernard Accoyer, l'actuel secrétaire général des Républicains, n'a pas mâché ses mots concernant l'ancien maire de Grenoble (1983 - 1995) Alain Carignon. Invité à quelque jours de l'élection du nouveau président des Républicains et donc de quitter ses fonctions, Bernard Accoyer précise s'exprimer "en citoyen".

"Il y a un moment où il faut savoir tourner la page, et cela est valable pour monsieur Carignon" - Bernard Accoyer, le secrétaire général des Républicains

Interpellé sur la situation de la droite grenobloise déchirée, et de l'omniprésence sur le terrain d'Alain Carignon, Bernard Accoyer l'invite à "tourner la page" de la politique. "Si le débat se passe maintenant dans cette partie du département (le sud-Isère) entre la gauche et l'extrême gauche, c'est à cause de la droite" lance le secrétaire général des Républicains. Il poursuit, "ceux qui ont accompagné la droite dans ce naufrage doivent en tirer les conclusions et tirer leur révérence". C'est on ne peut plus clair.

"Si la droite est dans l'état où elle est dans le Sud Isère, si le débat se passe maintenant dans cette partie du département entre la gauche et l'extrême gauche, c'est à cause de la droite" - Bernard Accoyer, le secrétaire général des Républicains

Sans mandat depuis 1997, l'ancien maire de Grenoble, président du conseil général de l'Isère et ministre sous François Mitterand, reste pourtant omniprésent sur la scène politique grenobloise. Impliqué dans plusieurs affaires, Alain Carignon a été condamné en 1996 par la Justice à cinq ans de prison (dont un an avec sursis), cinq ans d'inéligibilité, et 400.000 francs d'amende pour "corruption, abus de biens sociaux, et subornation de témoins".

Il est emprisonné 29 mois, mais revient à la politique en 2002. En 2003, il prend la tête de la fédération iséroise de l'UMP à la faveur de son amitié avec Nicolas Sarkozy. En 2007, il échoue à conquérir la première circonscription de l'Isère dans un duel "fratricide" avec Richard Cazenave, circonscription que la droite perd même au profit du parti socialiste. Depuis, les querelles intestines à droite le relèguent à la neuvième place sur la liste UMP pour les élections municipales de 2014 et l'empêchent de prendre la tête de la liste UMP aux régionales en 2015.

La réponse d'Alain Carignon sur Twitter