Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Il a fui la guerre au Soudan : Tibin Ali Hussein, modèle d'intégration à Marseille

-
Par , France Bleu Provence
Marseille, France

C'est grâce au "Refugee Food festival" que nous l'avons rencontré : Tibin Ali Hussein, 26 ans, d'origine soudanaise. Il a fui son pays en guerre, et en deux ans, il a appris le français et déjà trouvé un travail comme aide cuisinier.

Tibin Ali Hussein dans les cuisines de La Piscine, à Marseille, dans le cadre du "Refugee Food Festival"
Tibin Ali Hussein dans les cuisines de La Piscine, à Marseille, dans le cadre du "Refugee Food Festival" © Radio France - Tony Selliez

Quand des restaurants confient leurs cuisines à des chefs réfugiés.. C'est le "refugee food festival", et il a lieu en ce moment à Marseille, avec cette idée : changer le regard sur les réfugiés. Ils quittent leurs pays parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement, et ils arrivent aussi avec des compétences à faire valoir.

10 villes y participent en Europe

Cuisine à 4 mains à Marseille (restaurant La Piscine) dans le cadre du Refugee Food Festival. Reportage France Bleu Provence

Le menu pour 3 midis signé Tibin Ali Hussein et Georgiana Viou
Le menu pour 3 midis signé Tibin Ali Hussein et Georgiana Viou © Radio France - Tony Selliez

Plusieurs établissements de la ville y ont participé : les Grands tables de la Friche, l'ambassade de Bretagne, la Salle à manger, la Piscine et le Café Borély. Ils ont accueilli depuis le week-end dernier des chefs d'origine afghane, syrienne, soudanaise, ou encore éthiopienne

C'était le métier de ces réfugiés, avant qu'ils quittent leurs pays, et tentent leur chance en Europe. Ils ont créé des repas, des menus, à quatre mains.. avec les chefs des restaurants marseillais qui leur ont ouvert leurs portes.

Déjà habitué du stade Vélodrome

Tibin a fui la guerre au Soudan, perdu 2 frères d'ailleurs dans ce conflit. Il s'est d'abord réfugié en Lybie avant de traverser la méditerranée de nuit, sur un bateau de fortune. Puis l'Italie, et bientôt Nice puis Marseille.

"C'était la nuit, on était beaucoup. On a d'abord refusé de monter dans le bateau, parce qu'on le trouvait petit et dangereux pour nous. On nous a dit : "soit vous le prenez, soit on vous tue tous". ils ont tué quelqu'un devant nous. Je me suis dit : si je meurs, autant que ce soit en mer. heureusement un bateau belge nous a ensuite sauvés" Tibin Ali Hussein

En deux ans, lui qui parle arabe, a appris parfaitement le français, et déjà décroché un travail comme aide-cuisinier chez un traiteur marseillais, La Table de Cana. C'est un véritable rescapé... mais surtout un modèle d'intégration. Il a aussi un groupe de batucada, musique brésilienne. Et dès qu'il le peut, ce fan de foot est en virages au stade vélodrome, pour assister aux matchs de l'Olympique de Marseille.

"Ce sera gagné quand on ne parlera plus de lui comme un réfugié, mais de Tibin chef soudanais" Georgiana Viou, chef restauratrice de "La Piscine" sur le Vieux Port

Georgiana Viou, chef restauratrice de "La Piscine" sur le Vieux Port

Georgiana Viou, chef restauratrice de "La Piscine" sur le Vieux Port
Georgiana Viou, chef restauratrice de "La Piscine" sur le Vieux Port © Radio France - Tony Selliez

Une initiative citoyenne co-organisée avec le HCR : Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, qui finance l'opération en très grande partie. Le festival a ensuite lieu à Lille. Il concerne cette année plus de 10 villes européennes. Notamment Paris, Bordeaux, Madrid, Florence, Amsterdam, ou encore Bruxelles, Athènes, Milan, Bari et Rome.

"Mon père est venu en 1956 de Hongrie en France. A l'époque, de nombreuses familles marseillaises prenaient sous leurs ailes des réfugiés hongrois. Et ça, parfois on l'oublie. Ces gens-là, quand il partent de chez eux, ce n'est pas par gaieté de coeur mais parce que c'est trop dur" Georges, client de La Piscine ce jeudi

Georges est marseillais, et habite aux Chartreux dans le 4e arrondissement.Il est venu fêter son anniversaire avec son fils, et ça l'a renvoyé sur l'histoire de sa propre famille d'origine hongroise

Le dernier repas préparé dans le cadre de ce festival à Marseille, c'est ce vendredi midi au café Borély, avec un menu éthiopien à la carte.

Tibin Ali Hussein aux fourneaux, au restaurant La Piscine à Marseille (148 Quai du Port, 13002)
Tibin Ali Hussein aux fourneaux, au restaurant La Piscine à Marseille (148 Quai du Port, 13002) © Radio France - Tony Selliez
Choix de la station

À venir dansDanssecondess