Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il n'est pas acceptable que 3.000 à 5.000 femmes doivent se rendre à l'étranger" pour une IVG

-
Par , France Bleu Isère

La députée socialiste de l'Isère Marie-Noëlle Battistel a co-rédigé un rapport parlementaire qui préconise de repousser la période légale pour une IVG de 12 à 14 semaines. Elle était l'invitée de France Bleu Isère ce mardi matin.

Marie-Noëlle Battistel, députée socialiste des territoires de montagne en l'Isère était l'invitée de France Bleu Isère ce mercredi matin
Marie-Noëlle Battistel, députée socialiste des territoires de montagne en l'Isère était l'invitée de France Bleu Isère ce mercredi matin © Radio France - Paul Sertillanges

France Bleu Isère : Tout d'abord ce constat : les femmes n'ont pas toutes accès à l'IVG de la même manière selon les territoires où elles habitent en France...

Marie-Noëlle Battistel : Oui cette proposition de loi est issue d'un rapport que nous avons conduit au sein de la délégation au droit des femmes et qui fait le constat que le droit à l'IVG est quand même un parcours du combattant pour un certain nombre de femmes pour des raisons différentes : l'inégalité territoriale, mais aussi des discours culpabilisants, la difficulté d'obtenir un premier rendez-vous, et des embûches tout au long de ce parcours qui conduit à des dépassements de délais assez régulièrement. Aujourd'hui encore 3 à 5.000 femmes doivent se rendre à l'étranger (chaque année, ndlr) pour accéder à l'IVG ; ce n'est évidemment pas acceptable et je considère cela comme un échec de notre système de santé.

Y a-t-il encore des freins psychologiques de la part des professionnels, et qui entraînent des délais voire des refus de recourir à l'IVG ?

Oui les praticiens ont l'obligation lorsqu'ils ne souhaitent pas pratiquer l'IVG - et ils en ont tout à fait le droit puisque la clause de conscience existe d'une manière générale pour tous les actes médicaux, et en plus il y a une double clause de conscience qui à mon sens doit être supprimée puisque aujourd'hui elle n'a pas sa place sauf à stigmatiser l'IVG - de transmettre à un autre praticien la patiente. Cette obligation ne se fait pas toujours de manière fluide ce qui conduit à reporter d'une à deux semaines le rendez-vous suivant, et qui conduit encore une fois a des dépassements de délais. 

Dans votre proposition de loi il y a justement la prolongation du nombre de semaines où l'IVG est possible de 12 à 14 semaines. Redoutez-vous des oppositions à cet amendement ?

Il y aura forcément des oppositions mais en même temps passer de 12 à 14 semaines, chacun s'accorde à dire que la pratique sera identique, que les délais restent raisonnables par rapport à tous les pays européens (...). Cette proposition doit s'accompagner d'autres mesures pour être efficace et réduire les embûches ; si on réduit les embûches tout au long du parcours, forcément on arrivera en 12 semaines à traiter la grande majorité des cas et à réduire d'autant ces départs à l'étranger.

Une question sur les élections régionales prévues en mars 2021... Etes-vous favorable à un rapprochement entre le PS et les écologistes ?

Je suis toujours partante pour un rassemblement de la gauche ! Je pense que les citoyens se lassent des querelles de chapelle et que ce qui les intéresse véritablement c'est le projet, qui prendra en compte leurs préoccupations et leur situation... Tout ça évidemment avec une sensibilité forte concernant l'environnement et l'écologie puisque aujourd'hui on est confronté à un changement climatique qui est évident pour tout le monde. Ce projet doit d'abord marcher sur ces deux pieds-là : la transition écologique mais aussi la justice sociale, l'un ne pouvant pas réussir sans l'autre.

Vous êtes donc "écolo-compatible"? 

Je l'ai toujours été il me semble !

Vous avez suivi ce qu'il s'est passé à la Métropole de Grenoble : la difficile réélection Christophe Ferrari, l'opposition avec les écologistes qui étaient dans sa majorité jusque-là. Qu'est-ce que cela vous inspire ? Ça vous désole ?

C'est toujours désolant d'offrir un spectacle tel que celui-ci mais  je pense que ce rassemblement est obligatoire pour plus de visibilité, de cohérence. Je suis peut-être un petit peu naïve ou idéaliste, mais je crois encore que l'intelligence collective doit l'emporter.

.
. © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess