Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"Il n'y a pas de racisme d'État dans notre pays", selon Patrice Bilgorai de la LICRA du Gard

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Patrice Bilgorai, président gardois de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), réagit à la polémique autour de la marche contre l'islamophobie de dimanche à Paris.

Nîmes, France

La marche contre l'islamophobie de dimanche à Paris continue de faire polémique. En cause, une photo largement relayée sur les réseaux sociaux, où l'on voit une poignée de manifestants aux côtés de la sénatrice écologiste Esther Benbassa, portant, sur leurs manteaux, une étoile jaune qui rappelle celle que devaient porter les juifs pendant la Seconde guerre mondiale (bien qu'elle n'ait que cinq branches et non six comme l'étoile de David). Au centre de l'étoile, le mot "muslim" et à côté, un croissant jaune.  

L'image a déclenché de nombreuses réactions

"À vomir", pour Alain Jakubowicz, ancien président de la LICRA, "ignoble" pour le philosophe Bernard-Henri Lévy ou "comparaison indécente" pour la députée LREM Aurore Bergé.  Le Conseil représentatif des institutions juives de France s'est dit "choqué" par cet "amalgame infâme".  Le CRIF a également dénoncé "le silence coupable" des personnalités politiques présentes à la marche, "démonstration de la collusion entre l'extrême gauche et l'islamisme".  

Esther Benbassa se défend

L'élue écologiste a pour sa part, affirmé ne pas avoir "remarqué ces insignes" et s'est défendue sur Twitter de tout antisémitisme rappelant que, en tant que juive, elle avait "consacré sa vie à écrire l'histoire des siens".  Son parti, EELV, lui a apporté  son "plein soutien" tout en reconnaissant dans un communiqué que "la situation des musulmans aujourd'hui n'a évidemment rien à voir avec celle des juifs en France dans les années 1940".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu