Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Il ne faut surtout pas considérer que le second tour est joué", Serge Lepeltier, soutien d'Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu Berry
Bourges, France

Après la victoire d'Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle, l'un de ses soutiens en Berry, l'ancien maire de Bourges Serge Lepeltier, était l'invité de France Bleu.

L'ancien maire de Bourges, Serge Lepeltier, est un soutien actif d'Emmanuel Macron. Il apprécie notamment sa volonté de dépasser le clivage droite-gauche.
L'ancien maire de Bourges, Serge Lepeltier, est un soutien actif d'Emmanuel Macron. Il apprécie notamment sa volonté de dépasser le clivage droite-gauche. © Maxppp - Marlene Awaad

Au lendemain du premier tour de la présidentielle, Serge Lepeltier a plusieurs raisons de se réjouir : son candidat, Emmanuel Macron, est arrivé en tête hier au niveau national, devant Marine Le Pen, et la ville dont il a été maire, Bourges, l'a placé largement en tête avec 27,5% des suffrages, loin devant le deuxième, Jean-Luc Mélenchon (21,7%). Sur France Bleu Berry, Serge Lepeltier explique les raisons de ce vote, selon lui "la population a compris l'état d'esprit de cet homme qui est quelqu'un de tout à fait exceptionnel, hors normes. Il veut sortir du clivage droite-gauche. Les Français en ont assez de ce clivage".

Emmanuel Macron, candidat des villes ?

Si le candidat d'En Marche a fait la course en tête à Bourges et Châteauroux, il est en revanche devancé quasi systématiquement par Marine Le Pen dans les zones rurales. Serge Lepeltier y voit le signe que "le monde rural se sent, et c'est tout à fait légitime, en difficulté". Pour l'ancien ministre, une victoire du Front national serait pourtant une catastrophe pour les habitants de ces zones, et notamment pour les agriculteurs : "cela fermerait notre pays alors qu'une grande partie de la production agricole est exportée. C'est la vie du monde rural qui est en question".

Un second tour disputé

D'ici au second tour, Emmanuel Macron va devoir repartir à la bataille, explique aussi Serge Lepeltier : "il ne faut surtout pas considérer que le second tour est joué". Pour prouver qu'il est prêt à endosser le costume de président de la République, il devra par exemple préciser son programme sur les questions de défense. Mais pour l'ancien maire de Bourges, il ne fait pas de doute que le jeune homme âgé de 39 ans possède l'expérience nécessaire : "Avoir été conseiller à l'Elysée pendant deux ans lui a permis de connaître son fonctionnement".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess