Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

«Il y a deux ans, Emmanuel Macron avait promis» : le Président attendu au pied des hauts fourneaux de Pont-à-Mousson

dimanche 4 novembre 2018 à 19:18 - Mis à jour le lundi 5 novembre 2018 à 8:26 Par Thierry Colin, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Deux ans après sa venue dans l’usine Saint-Gobain de Pont-à-Mousson, Emmanuel Macron est attendu par une manifestation de la CGT ce lundi après-midi alors qu’entre la place Duroc et la sortie de l’usine, la visite du président de la République laisse indifférent ou révèle les déceptions.

Des manifestants emmenés par la CGT accueilleront Emmanuel Macron à la gare de Pont-à-Mousson, à côté des hauts-fourneaux.
Des manifestants emmenés par la CGT accueilleront Emmanuel Macron à la gare de Pont-à-Mousson, à côté des hauts-fourneaux. © Radio France - Thierry COLIN

Pont-à-Mousson, France

Emmanuel Macron est attendu lundi après-midi à Pont-à-Mousson. Le président de la République a entammé dimanche un long déplacement dans les départements du Grand Est et des Hauts-de-France à l'occasion des commémorations du 11 novembre. Il parcourt les territoires marqués par l'histoire de la première guerre mondiale, et dans le même temps s'arrête à la rencontre des territoires et des élus.

Des habitants qui n'attendent pas grand chose du Président

A la sortie de l’usine Saint-Gobain PAM, la simple mention de la venue d’Emmanuel Macron suscite l’indifférence ou la déception. «Emmanuel Macron travaille pour les banques, il ne travaille pas pour l’industrie» lâche Arnaud en sortant de l’usine avec son sac de sport. «Je n’attendais rien d’un banquier, il ne tient aucune promesse» lâche un autre ouvrier qui l’avait accueilli il y a deux ans, quand Emmanuel Macron était ministre de l’Economie et que l’usine avait un carnet de commande vide et envisageait du chômage partiel imposé. 

Aujourd’hui, l’usine Saint-Gobain PAM va un peu mieux, mais les salaires bloqués suscitent  la colère de nombreux salariés.

Une visite présidentielle entre indifférence et déception.  - Radio France
Une visite présidentielle entre indifférence et déception. © Radio France - Thierry COLIN

Il n'a rien fait (pour les salariés) - Julien Hézard, délégué CGT

Une déception largement partagée par le délégué syndical CGT de l’usine, Julien Hézard : «il y a deux ans, quand Emmanuel Macron était venu, il avait évoqué des mesures antidumping pour aider l'industrie par rapport à la concurrence des Chinois et des Indiens qui font travailler des enfants et aujourd'hui on nous dit : il faut baisser votre salaire parce que vous êtes en concurrence avec des enfants. Donc il ne s'est rien passé ! 

"Emmanuel Macron avait aussi dit aux salariés de Saint-Gobain PAM : ne vous inquiétez pas je vais parler pour le chômage partiel et on va essayer de voir ce que l’on peut faire. Et en fait, il n’a rien fait» poursuit le responsable du principal syndicat de l’usine qui fabrique des tuyaux en fonte. 

Quelle boussole politique ?

«Le président de la République a un peu perdu sa boussole politique alors il fait un peu de mémoriel, il fait un peu d'économie, il fait un peu de relations publiques parce que comme il a maltraité les élus, il est en train de se dire qu’il va aller voir les élus locaux parce qu'ils ne sont pas contents… Emmanuel Macron fait la tournée des mécontents mais il n'a pas fini de tourner» poursuit Julien Hézard.

Il devrait être aux côtés d’autres manifestants car la CGT appelle à manifester à Pont-à-Mousson devant la gare, ce lundi à 14H30, bien loin de la mairie et de l’abbaye des Prémontrés. Il y aura des salariés de Saint-Gobain PAM, mais le syndicat espère aussi la venue d’autres salariés du secteur et de retraités. « Nous ne perturberons pas les hommages rendus» à la mémoire des anciens combattants précise le délégué syndical CGT. 

De son côté, FO n’a pas souhaité appeler à manifester lors de la venue d’Emmanuel Macron en Meurthe-et-Moselle mais interpelle le président de la République, notamment sur l’avenir du CHU de Nancy.