Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDEO - Ile-de-France : le Préfet de Région est inquiet face aux violences des manifestations des Gilets jaunes

mercredi 5 décembre 2018 à 9:45 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

Michel Cadot, Préfet de la Région Ile-de-France, était sur France Bleu Paris ce mercredi matin. Il a donné son sentiment sur la situation de crise que vit le pays et évoqué les dossiers urgents à régler. Il a rappelé qu'une cellule de crise était ouverte pour soutenir les commerçants en difficulté.

Michel Cadot, Préfet de Région
Michel Cadot, Préfet de Région © Radio France - Martine Bréson

Paris, Île-de-France, France

Michel Cadot, Préfet de la région Ile-de-France, était l'invité de France Bleu Paris ce mercredi à 08h15. Interrogé sur son sentiment face aux violences durant la manifestation des Gilets jaunes samedi à Paris, le préfet s'est dit inquiet. "Je suis préoccupé, dit-il, par la nécessité d'un rétablissement de la paix publique et d'une certaine autorité".

Gilets jaunes et violence

Si le préfet estime qu'il n'a pas à excuser cette violence, il indique que, comme tous ses collègues, il va sur le terrain et il voit "les gens en difficulté, la vie qui est dure, les problèmes pour finir les fins de mois, le chômage, les transports, les difficultés de logement particulièrement en Ile-de-France, donc _je sens bien ce malaise qui s'exprime, ce sentiment d'une vie qui est injuste et très dure pour chacun au quotidien_."

Les préfets ont fait remonter au gouvernement le malaise ressenti sur le terrain

Il faut donner des réponses, dit Michel Cadot. Il rappelle que les préfets sont les représentants de l'Etat sur le territoire et que leur métier premier c'est de faire remonter l'information, c'est d'être à l'écoute de ce qui se passe, de le faire savoir au gouvernement. Il assure que les préfets font remonter ces éléments et que ces éléments sont entendus. "Le gouvernement les prend en compte", dit-il.

"Ensuite il faut trouver des réponses", poursuit le préfet mais il ajoute qu'on ne peut pas changer la société par "un claquement de doigt ou par trois mesures". 

Regardez l'intégralité de l'interview de Michel Cadot :

Il faut une politique publique plus solidaire assure Michel Cadot

Michel Cadot pense que dans ce mouvement des Gilets jaunes il y a "la perception d'un sentiment d'injustice". Il explique que, selon lui, la politique gouvernementale vise à "_apporter des réponses pour les plus modestes_, pour ceux qui travaillent et qui ont besoin d'accompagnements sur la taxe d'habitation, sur des efforts à venir sur les retraites qui sont indispensables, sur le transport, le logement, les crèches, les maisons de retraite..."

Ce qu'il faut faire c'est construire une politique publique qui soit plus solidaire, assure le Préfet de Région qui affirme que "les préfets sont à la manœuvre dans ce travail".

Il y a une dynamique de créations d'emplois en Ile-de-France" - Michel Cadot

Le préfet indique qu'il faut créer de l'emploi et que dans notre région il y a une "dynamique de créations d'emplois qui est très forte et il faut que cela profite aux plus modestes et il faut que les salaires augmentent". Il faut mener une politique de logements accessibles en terme de loyer, assure Michel Cadot.

Il pense que la classe moyenne n'est pas directement concernée par ces problèmes de grande pauvreté même s'ils existent aussi pour elle. Il indique que chaque nuit en Ile-de-France il y a 100.000 personnes qui sont à la rue et ce ne sont pas en majorité des migrants mais "des personnes qui ont été brisées à un moment donné dans leur parcours de vie".

Les transports

On ne peut plus rester au système du tout-voiture, les embouteillages ne sont plus acceptables, il faut avoir des transports en commun qui répondent mieux aux attentes de mobilité avec des transports collectifs remis à niveau. Il faudrait aller vite pour améliorer ces transports en commun, affirme Michel Cadot. "En 10 ans il y aura une remise à niveau complète des RER B et D notamment, il faut rajouter le Grand Paris Express".

Une cellule de crise pour les commerçants

Cette cellule de crise, sorte de guichet unique, a été installée mardi. Tous les commerçants qui ont des problèmes peuvent s'adresser à cette cellule. Une réunion est prévue jeudi à la mairie de Paris pour mettre en oeuvre des mesures d'accompagnement pour les commerçants.