Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Ille-et-vilaine | Le député breton Jean-René Marsac quitte son bureau à l'Assemblée nationale

dimanche 4 juin 2017 à 5:00 Par Nina Valette, France Bleu Armorique

Les élections législatives se déroulent les 11 et 18 juin prochain et pendant que certains font campagne, d'autres vident leurs bureaux parisiens. C'est le cas du député de la 4e circonscription d'Ille-et-Vilaine Jean-René Marsac. Le breton à choisi de ne pas rempiler pour un troisième mandat.

Jean-René Marsac entouré de Martin Paugam (à droite) son attaché parlement, et Gilles Pondard son collaborateur à Redon
Jean-René Marsac entouré de Martin Paugam (à droite) son attaché parlement, et Gilles Pondard son collaborateur à Redon © Radio France - Nina Valette

Paris, France

Les élections législatives arrivent à grand pas et pour ceux qui ne se représentent pas, il faut désormais quitter le bureau à l'Assemblée nationale. C'est le cas de Jean-René Marsac. Après deux mandats consécutifs, le député PS ne rempile pas. Le breton souhaite faire de la politique "autrement". Il doit donc quitter son bureau parisien de l'Assemblée nationale, afin qu'un nouveau député s'y installe.

Entrée des bureaux parisiens de nos députés  - Radio France
Entrée des bureaux parisiens de nos députés © Radio France - Nina Valette

Nostalgique ? Pas vraiment.

"J'ai été gâté avec ce bureau, par rapport à celui de mon premier mandat. Dans celui ci, j'ai deux pièces, une pour moi et une pour Martin mon attaché parlementaire. Nous avons une vue assez intéressante qui donne sur le Dôme des Invalides, et les toits de Paris" précise le député breton Jean-René Marsac.

C'est avec un tout petit pincement au cœur que le député et ses équipes font leurs cartons. Jean-René Marsac et son collaborateur redonnais Gilles ont fait l'aller retour Redon- Paris en une seule journée. Pour l'occasion, ils ont loué une camionnette, qu'ils ont rempli de souvenirs mais surtout de documents. "Je garde les dossiers que je juge important, ceux qui pourront m'être utiles à Redon" lance le député entre deux cartons. Mais ne comptez pas sur lui pour lâcher une larme : "je ne suis pas nostalgique, j'ai encore plein de projets en politique" rétorque le breton entre deux consignes à son équipe.

Les trois hommes déménagent les dernières affaires  - Radio France
Les trois hommes déménagent les dernières affaires © Radio France - NV

Au milieu des papiers, Jean-René Marsac trie aussi quelques souvenirs. Dans un carton, il rassemble les objets un peu plus personnels, comme cette photo de Paris reçue lors de son premier mandat."Je ne me souviens plus de qui vient ce cadeau mais depuis plus de 5 ans le cadre est dans mon bureau. J'ai aussi un souvenir du Burundi, ce pays d'Afrique, que j'affectionne particulièrement" . Dans le bureau quasiment vide, très peu de souvenir personnel. Il faut dire que le local est plutôt exigu, et ressemble davantage à une chambre universitaire qu'à un bureau d'elu. D'ailleurs, dissimulé dans le mur, il y a un lit. Il suffit de tirer sur le porte-manteau pour voir apparaître une chambre d’hôtel dans ces quelques mètres carrés.

L'attaché Parlementaire, Martin Paugam lui n'a pas de "chambre secrète". Cette option est réservée aux députés. Il faut dire que contrairement à leurs collaborateurs, les députés ne vivent pas à Paris. Ils se déplacent une à deux fois (voire plus) par semaine pour assister aux séances dans hémicycle ou gérer certains dossiers. Le bureau devient alors un pied-à-terre pour l'homme politique. Il dispose donc d'une petite salle de bain, et d'un minuscule coin cuisine.

Et maintenant ? Que vais-je faire ?

Après dix années de mandat, Jean-René Marsac a choisi de ne pas candidater pour une troisième fois. Le résultat décevant du Parti Socialiste lors de la présidentielle n'y est pour rien. "J'ai pris ma décision dès mon second mandat en 2012. Je vais avoir 64 ans, je ne me vois pas député à 68/69 ans. Et puis je ne veux plus passer ma vie dans des réunions, à traîner avec les mêmes gens. Je veux continuer la politique mais autrement. Et profiter aussi de la vie. Voyager, lire, cuisiner." Néanmoins assure-t-il "je pense que si je m'étais représenté, j'aurai gagné à nouveau".

Jean-René Marsac et son collaborateur Martin Paugam quitteront définitivement l'Assemblée nationale le 20 juin prochain.