Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Imaginer le "jour d'après", l'écologiste Damien Carême ne demande que ça !

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu Picardie

Députés La République en marche et Président de la République promettent que la France sera différente après le coronavirus : la pandémie doit remettre en cause notre modèle économique. L'élu écologique Damien Carême ne demande que ça, mais il est très réservé.

Le député européen Damien Carême plaide pour une refonte totale de notre échelle des valeurs.
Le député européen Damien Carême plaide pour une refonte totale de notre échelle des valeurs. © Radio France - Matthieu Darriet

« Le jour d’après », c’est la grande consultation collective initiée par des députés. Parmi eux, quatre députées des Hauts-de France. Ce débat, Emmanuel Macron l’a lui-même initié en assurant que la France d’après le coronavirus ne sera plus celle d’avant.

Plus généralement, cette question de fond sur la société telle que nous l'imaginons pour demain, de nombreuses personnalités et partis politiques se la posent, notamment les Ecologistes. 

Les limites de la mondialisation

Ainsi le député européen Damien Carême rappelle que, depuis longtemps, EELV dénonce le modèle économique actuel qui détruit la planète, fragilise les plus pauvres et affaiblit les services publics dont nous avons bien besoin aujourd’hui.

"Cette crise sanitaire a un effet de loupe grossissante, sur notre modèle de développement et nos modes de consommation, estime l'ancien maire de Grande-Synthe (Nord). Cette crise montre aussi les limites de la mondialisation."

Nos masques et les principes actifs de nos médicaments viennent de Chine, nous avons mis à mal notre souveraineté sanitaire.

"J'entend beaucoup de choses aujourd'hui, poursuit le député européen. J'entend un Président de la République qui dit qu'il va falloir changer...  mais finalement les préfets peuvent déroger aux lois sur l'environnement, les constructeurs automobiles demandent à alléger les normes de pollution pour relancer l'économie et l'aviation réclame des milliards d'euros pour la sauver et continuer de faire comme avant !" 

Revoir l'échelle des valeurs

Pour Damien Carême, il faut aussi revoir complètement notre modèle d'évaluation du rôle de chacun. "Aujourd'hui, un ouvrier qui participe à produire une tonne de fonte, pour Arcelor-Mittal, donc pour la bourse de Londres, est plus reconnu -et rémunéré- que le bénévole qui encadre des gamins trois fois par semaine, dans club de foot. Pour notre société, quel est celui à qui on donne de la valeur ? C'est toute la question." 

Le député européen, qui plaide depuis de nombreuses années pour l'instauration d'un revenu minimum de base garanti pour tous, souhaite une redéfinition de la chaîne des valeurs. "On me parle toujours de problèmes de coûts. Mais combien va coûter cette crise, pour les finances publiques, pour l'assurance chômage et pour l'assurance maladie ?"

Combien va coûter, à la société, cette crise qui est née de la recherche du profit, pour quelques uns. Il faut renverser la manière de voir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu