Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Impôts : pour la première fois, Emmanuel Macron évoque un report possible du prélèvement à la source

jeudi 30 août 2018 à 15:09 - Mis à jour le vendredi 31 août 2018 à 7:24 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Emmanuel Macron a annoncé, ce jeudi, vouloir des "réponses précises" avant de décider si le prélèvement de l'impôt à la source sera bien mis en place au 1er janvier prochain. Après des clarifications sur la mise en oeuvre de la réforme, le Président donnera une directive dans les semaines à venir.

Emmanuel Macron à Helsinki, en Finlande, ce jeudi.
Emmanuel Macron à Helsinki, en Finlande, ce jeudi. © AFP - Mikko Stig/Lehtikuva

Emmanuel Macron a annoncé, ce jeudi, vouloir des "réponses précises" avant de décider si le prélèvement de l'impôt à la source sera bien mis en place au 1er janvier prochain, comme prévu. Il a indiqué, depuis Helsinki, qu'il prendrait sa décision finale après des clarifications sur la mise en oeuvre de la réforme.

Une directive dans les prochaines semaines

"J'ai plutôt l'intention de conduire cette réforme à son terme mais j'ai demandé aux ministres compétents de répondre à toutes les questions qui se posent encore, avant de donner une directive finale" dans les prochaines semaines, a dit le président de la République au cours d'une conférence de presse dans la capitale finlandaise. "J'ai besoin d'une série de réponses très précises et d'être sûr de ce que nos concitoyens vivront le jour où on le mettra en place si on le met en place", a-t-il ajouté.

Pour le chef de l'Etat, "il est normal que nous nous assurions que tous les détails sont bien clairs" et ce sont ces "clarifications finales" qui détermineront sa décision.

Des rumeurs de report ces derniers jours 

"Si je pensais qu'il ne fallait pas faire cette réforme, j'aurais décidé il y a un an de l'abandonner", a souligné
Emmanuel Macron en précisant qu'il était "extrêmement vigilant au sujet de bonne exécution". Les spéculations sur un éventuel nouveau report de cette réforme, dernier grand chantier du quinquennat de François Hollande que l'exécutif avait déjà retardé d'un an, se sont multipliées ces derniers jours.

La direction des Finances publiques assure que le calendrier sera tenu 

Ce jeudi matin, Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, a affirmé sur France Bleu Béarn que la réforme entrerait bien en vigueur au 1er janvier 2019.

Et ce jeudi soir, la direction des Finances publiques a assuré que le calendrier serait tenu. "Nous sommes confiants sur le fait que toutes les réponses à toutes ses questions lui seront apportées et que le calendrier sera tenu", a-t-elle assuré sur son compte Twitter, en contradiction avec les déclarations d'Emmanuel Macron. Le message a été posté avec le hashtag "gauloispasréfractaire", mais a été retiré rapidement, le trait d'humour n'étant pas passé inaperçu. 

Le tweet était une réponse à la question d'un internaute précis "et à personne d'autre", a indiqué le ministère à franceinfo. "Devant les commentaires qu’il suscite, nous avons décidé de le supprimer".

  - Visactu
© Visactu -