Politique

Incendies dans les Bouches-du-Rhône : des actes criminels pour Jean-Claude Gaudin

Par Priscilla Reig et Rosalie Lafarge, France Bleu Provence et France Bleu vendredi 12 août 2016 à 9:03

Jean-Claude Gaudin sénateur-maire de Marseille et président de la métropole Aix-Marseille-Provence
Jean-Claude Gaudin sénateur-maire de Marseille et président de la métropole Aix-Marseille-Provence © Maxppp - -

"Nous sommes un certain nombre à penser que ces actes sont criminels", a déclaré sur France Bleu Provence ce vendredi Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire Les Républicains de Marseille et président de la métropole Aix-Marseille-Provence.

Après les nombreux incendies qui ont ravagé 3.300 hectares en Provence, Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire Les Républicains de Marseille et président de la métropole Aix-Marseille-Provence était l'invité de France Bleu Provence ce vendredi matin.

FRANCE BLEU PROVENCE : Marseille épargnée, mais la Provence ravagée, c'est évidemment terrible pour la région ?

JEAN-CLAUDE GAUDIN : C'est une catastrophe très importante et j'imagine bien sûr que le gouvernement va classer les communes sinistrées en zone catastrophe. Le Conseil départemental, par sa présidente Martine Vassal, a déjà annoncé une aide très substantielle (NdlR : un million d'euros), le Conseil régional également. Et la métropole engagera aussi les moyens nécessaires. Dès le début de la semaine, une réunion se tiendra en préfecture avec les maires des communes sinistrées et les représentants des collectivités et de la métropole.

FB PROVENCE : François Hollande évoque, avant même la fin de l'enquête, l'origine criminelle de certains départs de feu. A-t-il raison ou parle-t-il un peu vite ?

"J'espère que la justice les condamnera sévèrement." - Jean-Claude Gaudin

J.-C. GAUDIN : Il est clair que nous pensons et nous sommes un certain nombre, qu'il s'agit d'actes criminels. Quand quatre feux éclatent en même temps sur le territoire d'une seule commune, il y a bien là une action, peut-être concertée. Nous verrons. Pour l'instant, nous savons simplement qu'une personne est en garde à vue à Marseille

"Nous pensons que ce sont des actes criminels" - Jean-Claude Gaudin

FB PROVENCE : Peut-on dire que cette personne en garde à vue est liée aux départs de feu ?

J.-C. GAUDIN : Une enquête est en cours, mais si on arrive à démontrer que ce sont des criminels qui ont mis le feu, j'espère que la justice les condamnera sévèrement.

FB PROVENCE : Certains habitants des Pennes-Mirabeau et de Vitrolles dénoncent l'absence de débroussaillage (à la fois à la charge des particuliers et des communes, NdlR) de la part de leur mairie. Est-ce justifié ?

J.-C. GAUDIN : Ce qu'on peut dire, c'est que dans toutes les mairies, on donne des directives, des conseils et parfois même des aides pour débroussailler le plus possible. Et là où on a débroussaillé, le feu a eu moins d'importance. Chacun doit faire l'effort nécessaire de débroussaillage.

"La piste criminelle est une évidence." - Grégory Allione

Egalement invité de France Bleu Provence ce vendredi matin, le colonel Grégory Allione, directeur des services d'incendie et de secours des Bouches-du-Rhône, partage l'avis du maire.

Le colonel Grégory Allione directeur du SDIS 13 - Radio France
Le colonel Grégory Allione directeur du SDIS 13 © Radio France - Thomas Schonheere

"La piste criminelle est une évidence", explique le directeur du SDIS 13. "Simplement, nous n'avons pas plus d'éléments, il faut donc laisser les forces de police et de gendarmerie travailler, comme elles travaillent ardemment depuis le début de l'été. Elles ont d'ailleurs arrêté deux pyromanes notoires dans le département, ce qui nous met en sécurité sur deux secteurs".

"Je ne suis pas dans le secret de l'enquête, mais en quelques heures, à un moment très critique, nous avons eu plusieurs départs de feu. Est-ce accidentel, volontaire ? poursuit le colonel Allione. Ce qui est sûr c'est qu'avant Rognac, nous étions sur Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône, où il y avait, je le dis clairement, trois mises à feu dans un secteur où le vent soufflait fort et où de nombreuses industries étaient menacées".

Partager sur :