Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Les élections européennes 2019

INFO FRANCE BLEU - Européennes : des élus de l'Indre refusent d'acheminer les documents de vote en préfecture

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Berry, France Bleu

La préfecture de l'Indre suggère aux communes indriennes, ayant des bureaux de votes centralisateurs, d'acheminer elles-mêmes les documents de vote en préfecture, après les élections européennes. Ce n'est qu'une proposition mais elle est assez mal accueillie par plusieurs maires.

Les documents de vote doivent être acheminés en préfecture
Les documents de vote doivent être acheminés en préfecture © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

Châteauroux, France

Voilà qui risque d'accentuer le sentiment de mépris ressenti par les maires ruraux à leur égard. Lors des élections européennes, qui auront lieu le dimanche 26 mai, l'acheminement des documents de vote à l'issue du dépouillement pourrait ne plus être réalisé par les forces de l'ordre. Les 13 communes qui ont des bureaux centralisateurs, situés dans les chefs-lieux des cantons, ont été contactées par la préfecture de l'Indre. Les services de l'Etat leur demandent de s'occuper de l'acheminement de ces documents. Ce n'est qu'une proposition, il n'y a aucune obligation. Mais l'initiative passe mal auprès de certains maires.

Une contrepartie financière ?

"On nous supprime des services publics, comme la maternité du Blanc. Il n'y a aucune raison qu'on fasse l'effort d'aller jusqu'à Châteauroux. L'État nous ignore, donc nous aussi, nous l'ignorons", tranche Annick Gombert, maire du Blanc. Il faudrait faire 120 kilomètres aller-retour pour se rendre à Châteauroux, dans les locaux de la préfecture de l'Indre. Le soir même du vote, après le dépouillement. Ou au plus tard le lendemain matin. "L'Etat est en train de se défausser d'un certain nombre d'actions au détriment des communes. On pense qu'on peut tout demander aux autres", s'agace Annick Gombert.

On marche sur la tête. C'est un moyen de résistance, parce que là on dépasse les limites" - Annick Gombert, maire du Blanc

Pour justifier ce changement de fonctionnement, le ministère de l'Intérieur évoque la charge de travail conséquente des forces de l'ordre depuis plusieurs mois. "Soit, mais c'est à l'État de trouver d'autres solutions", répond la maire du Blanc. "Au moment où Emmanuel Macron dit qu'il veut être proche des Français, qu'il veut prendre en compte la réalité des territoires ruraux, on marche sur la tête", ajoute-t-elle.

Selon nos informations, des négociations sont en cours entre la préfecture de l'Indre et plusieurs maires. Ils se disent prêts à accepter le nouveau système, mais seulement en cas de contrepartie financière. 

De son côté, la préfecture a indiqué à France Bleu Berry, par communiqué de presse, que 11 des 13 maires concernés étaient d'accords pour le transport des documents. Un des maires que nous avons contacté nous a précisé qu'il agissait au nom d'autres élus. 

Le communiqué de presse de la préfecture de l'Indre - Aucun(e)
Le communiqué de presse de la préfecture de l'Indre - -
Choix de la station

France Bleu