Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Indre-et-Loire : les électeurs FN se sont-il remis du débat raté Le Pen/Macron ?

jeudi 3 mai 2018 à 5:35 Par Léo Tescher, France Bleu Touraine

Un an après le débat raté de Marine Le Pen, elle le concède elle-même, comment se porte le Front National en Indre-et-Loire ? Changement de nom, chute de la cote de popularité, adhésions en baisse, c'est peut-être trop pour les électeurs de 2017. C'est une force répondent les responsables du parti.

Depuis sa chorégraphie clownesque face à Emmanuel Macron, Marine Le Pen a reconnu sa maladresse.
Depuis sa chorégraphie clownesque face à Emmanuel Macron, Marine Le Pen a reconnu sa maladresse. - capture d'écran France 2

Indre-et-Loire, France

C'était il y a un an, le 3 mai 2017. Emmanuel Macron n'est pas encore président. Il affronte Marine Le Pen lors du débat télévisé d'entre-deux-tours. La candidate Front National a depuis plusieurs fois reconnu avoir raté ce débat. Quatre jours plus tard, elle était largement battu en ne recueillant que 34% des voix. 

Un an plus tard, le Front National a perdu de son élan présidentiel. La cote de popularité de Marine Le Pen a chuté à 14 points en mars (-15 par rapport à mai 2017) avant de remonter le mois dernier à 18 points. De leur coté, les adhérents ont quitté en nombre le parti. Ils étaient 63 000 pour la présidentielle. Selon Le Figaro, ils ne sont plus que 38 000 aujourd'hui. "51 000" reprend Daniel Fraczak, un des responsables du Front National en Indre-et-Loire, élu à La Chapelle-sur-Loire et au Conseil Régional.

Il y a de la déception, maintenant il y a de l'espoir" 

Certes, 30% des adhérents du FN en Indre-et-Loire n'ont pas renouvelé leur cotisation "mais ils commencent à revenir" assure Daniel Fraczak. "Il ne faut pas oublier que nous avons subi une fatwa bancaire qui a empêché le renouvellement des adhésions" précise-t-il.

Des électeurs aujourd'hui muets

Si La Chapelle-sur-Loire avait largement voté Front National à cette présidentielle (32,4% au 1er tour, contre 21,3% au niveau national / 48,9% au 2nd tour, contre 33,9% au niveau national), les électeurs semblent aujourd'hui se faire discrets. France Bleu Touraine est allé tendre son micro à une douzaine d'habitants, un seul a bien voulu dire qu'il revoterait Marine Le Pen aujourd'hui.

C'était peut-être un vote de contestation qui s'est essoufflé un an plus tard" - l'hypothèse d'un Chapelon sur la discrétion des électeurs frontistes aujourd'hui dans la commune.

Mais la situation n'inquiète pas un autre souverainiste notoire du département. Jean-Pierre Sanchez est lui élu Debout La France à Joué-les-Tours. L'ancien secrétaire de canton du FN s'est fait exclure du parti. Il garde toutefois un regard bienveillant sur celui-ci. Selon lui, "après une élection perdue, il y a toujours des gens qui partent et un mouvement qui s'essouffle". Si le Front National perd des électeurs ou des militants, Jean-Pierre Sanchez assure que "le mouvement souverainiste lui en gagne beaucoup". "Laissons au FN le temps de sa recomposition" ajoute-t-il.

Des alliances pour les municipales ?

L'adjoint à la mairie de la Chapelle-sur-Loire, Daniel Fraczak, prédit que le futur nom du FN, Rassemblement National va permettre de jouer la carte des alliances pour les prochaines élections. "Pas pour les européennes" pense Jean-Pierre Sanchez, désormais à Debout la France. En revanche, l'élu de Joué-les-Tours, verrait bien ce genre de pacte pour les municipales dans sa commune.