Politique

Indre-et-Loire : les réactions après la décision de François Hollande de ne pas se représenter

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine vendredi 2 décembre 2016 à 8:14

Le chef de l'Etat, ému, jeudi soir, en annonçant aux Français qu'il ne briguerait pas de second mandat
Le chef de l'Etat, ému, jeudi soir, en annonçant aux Français qu'il ne briguerait pas de second mandat © Maxppp -

François Hollande a donc annoncé jeudi soir qu'il ne briguerait pas de second mandat. Une première dans la 5e République. Une annonce qui suscite beaucoup de réactions en Touraine.

Jean-Marie Beffara, député PS du Lochois depuis 4 ans et demi. Il est parlementaire depuis la nomination de Marisol Touraine au ministère de la santé

Pour moi, c'est la décision d'un homme d'état. Une décision lucide, respectable. C'est une prise en compte de l'opinion à son égard. Au sujet, d'une candidature de Manuel Valls, prenons le temps. La primaire n'a plus la même coloration sans François Hollande. Du coup quelle sera la position d'un certain nombre de candidats annoncés ?

Jean-Patrick Gille, député PS de Tours

J'ai été surpris. Le chef de l'Etat a reconnu lucidement qu'il n'était pas capable de rassembler la gauche, de mener cette campagne. Cette annonce, ce choc créé une nouvelle donne pour désigner un nouveau champion. Avec François Hollande hors-jeu, il faut un débat à gauche, et une primaire élargie avec la participation d'Emmanuel Macron et de Jean-Luc Mélenchon.

Laurent Baumel, député PS frondeur du Chinonais. Soutien de Arnaud Montebourg

Je suis un peu surpris. Il a pris la bonne décision pour lui et sa famille politique. Le quinquennat n'est pas une réussite. Les électeurs se sont éloignés. C'était irréaliste de créer une espérance autour de lui. Un débat aura donc lieu, lors des primaires, entre Valls et Montebourg. Un débat entre le représentant du gouvernement et celui qui incarne une autre vision. Le meilleur candidat de la gauche sera celui qui incarne une vision réaliste, écologiste, et fidèle aux principes de la gauche : protection des salariés, lutte contre la précarité.....

François Bonneau, président de la Région Centre Val-de-Loire

C'est une décision qui a sans doute été difficile à prendre. Il a pris cette décision avec force, dignité, un sens des responsabilités, de l'intérêt du pays. C'est rare de renoncer à un combat politique. Il y a de la lucidité, de la responsabilité, de la dignité dans cette décision

Partager sur :