Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Mort de Jacques Chirac : les réactions en Touraine

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Touraine

Jacques Chirac, ancien président de la République, est décédé ce jeudi à l'âge de 86 ans. Il est venu à 10 reprises en Touraine. Beaucoup d'élus tourangeaux l'ont suivi dans les ministères lors de son parcours politique. Ils parlent d'un homme gentil et humain.

Jacques Chirac à Tours lors de la venue du pape Jean-Paul 2, le 1 septembre 1996
Jacques Chirac à Tours lors de la venue du pape Jean-Paul 2, le 1 septembre 1996 © Maxppp - Gérard Proust/Maxppp

Jacques Chirac est décédé jeudi matin à l'âge de 86 ans. C'est son gendre Frédéric Salat-Baroux qui a officialisé l'annonce de son décès. L'Assemblée nationale et le Sénat ont aussitôt observé une minute de silence. Jacques Chirac fut président de la République pendant douze ans (1995-2007), deux fois Premier ministre, trois fois maire de Paris, créateur et chef de parti et ministre à répétition. Ses mandats élyséens resteront marqués par son "non" à la deuxième guerre d'Irak, la fin de la conscription militaire, la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat français dans les crimes nazis, le passage au quinquennat, le cri d'alarme ("notre maison brûle") face à la dégradation de l'environnement. 

Dix visites de Jacques Chirac en Indre-et-Loire

Jacques Chirac, au cours de son parcours politique, n'a pas oublié la Touraine et les tourangeaux. Il est venu officiellement à 10 reprises en Touraine entre 1968 et 2006, que ce soit en tant que ministre, premier ministre puis Président de la République. Les tourangeaux se rappellent notamment d'un Jacques Chirac très attentionné vis à vis du Pape Jean-Paul 2 lors de sa venue à Tours en 1996. 

Jacques Chirac accueillant le pape Jean-Paul 2 en septembre 19996
Jacques Chirac accueillant le pape Jean-Paul 2 en septembre 19996 © Maxppp - Gérard Proust/Maxppp

Sa dernière visite en Touraine remonte au 29 juin 2006, lors d'une cérémonie de naturalisation à la préfecture de Tours. A l'époque il avait rappelé l'importance de l'apprentissage du français pour l'intégration dans la société française. "Adhérer à notre communauté, c'est un engagement. C'est savoir que nous avons des droits, mais aussi des devoirs, avait-il dit. Il s'était prêté ensuite au jeu des photos avec les élus locaux, où il répétait "chacun son tour, doucement".

Jacques Chirac lors d'une cérémonie de naturalisation à Tours

Jacques Chirac à Tours le 29 juin 2006 pour une remise de décret de naturalisation
Jacques Chirac à Tours le 29 juin 2006 pour une remise de décret de naturalisation © Maxppp - Patrice Deschamps/Maxppp/Nouvelle République

Plusieurs élus tourangeaux ont suivi sa route. Philippe Briand, président actuel de la Métropole de Tours, ancien député et maire de Saint-Cyr-sur-Loire. Il ne sera resté secrétaire d'état à l'aménagement du territoire que 14 jours en 2004 préférant s'occuper de son groupe immobilier. Il avait une notoriété dans le monde qu'on imagine pas, réagit ce jeudi soir Philippe Briand, maire de Saint-Cyr-sur-Loire, ancien député, et président de la Métropole de Tours. Je suis un bébé Chirac. C'était facile de parler avec lui. Il m'appelait mon petit frère, et moi je l'appelai mon grand frère. _Il avait une vision du monde incomparable_

C'est beaucoup d'émotion - Philippe Briand

L'émotion de Philippe Briand, compagnon de route et ancien secrétaire d'Etat de Jacques Chirac

Jacques Chirac  accueillis à Tours par Phillipe Briand et le maire de Tours Jean Germain
Jacques Chirac accueillis à Tours par Phillipe Briand et le maire de Tours Jean Germain © Maxppp - Patric Deschamps/Maxppp/Nouvelle République

Il y a eu aussi Renaud Donnedieu de Vabres, candidat malheureux à la mairie de Tours, et ministre de la culture de 2004 à 2007. Enfin sous la cohabitation avec Mitterrand, Jean-Jacques Descamps, alors maire de Loches, est lui nommé secrétaire d'état au tourisme. Les élus tourangeaux qui ont travaillé avec lui parlent tous d'un homme profondément humain, capable de manger une gigantesque choucroute avec de la bière à midi ou encore de prêter sa couchette dans l'avion. J'ai mangé avec lui un gigantesque plat de choucroute en plein mois d'août à l'Elysée, explique Philippe Briand. Et Chirac avait répondu : oui mais moi je reviens du G7, et on mange bien mai peu !

Tu en feras d'autres des conneries, je te garde - Jean-Jacques Descamps

.Jean-Jacques Descamps, ancien maire de Loches et secrétaire d'état au tourisme sous Jacques Chirac, évoque un personnage charismatique, plein d'empathie, avec un sens politique hors pair. Lorsqu'il a failli démissionner pour des propos ambigus sur TF1 qualifié de chaîne pourrie, Jacques Chirac reçoit le maire de Loches et lui dit. Il ne faut pas t'inquiéter, tu as fais une connerie, j'en ai fais de bien pire......je te garde

L'ancien maire de Loches, Jean-Jacques Descamps se rappelle d'un Jacques Chirac fidèle en amitié

Quand j'ai fait le tour du monde avec lui, il me disait très gentiment dans l'avion. Si vous vous voulez dormir prenez ma couchette. Il était d'une extrême gentillesse, explique Jean-Jacques Descamps. L'ancien maire de Loches qui se rappelle aussi d'un Jacques Chirac, très tacticien en politique. 

L'ancien maire de Loches se souvient d'un échange avec Chirac sur l'élection avec les voix de gauche.

Claude Greff, députée de la circonscription d'Amboise de 2007 à 2011, pendant le second quinquennat de Jacques Chirac, se dit très affectée par son décès. "C'était un homme qui aimait et respectait les élus de terrain"

Pour Claude Greff, il était un président qui savait combien les élus de terrain étaient précieux

Drapeaux en berne sur l'ensemble des bâtiments municipaux à Tours 

Le maire de Tours a lui aussi réagi à la mort de Jacques Chirac. Chaque français perd "son Chirac" selon Christophe Bouchet.  La ville de Tours qui a décidé de mettre les drapeaux en berne sur l'ensemble des bâtiments municipaux en signe de respect et d'hommage. Par ailleurs, Christophe Bouchet propose qu'un espace public à sa hauteur lui soit prochainement dédié à Tours.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le vice-président de la Région Centre, le jocondien Mohamed Moulay réagit à son tour. Il évoque un homme de droite avec laquelle nous pouvions débattre. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le président du Conseil Départemental d'Indre-et-Loire, Jean-Gérard Paumier, parle d'un homme chaleureux, énergique, apprécié des Français avec lesquels il avait noué un lien personnel fort. Deux fois Premier Ministre, il laisse le souvenir d’un Ministre de l’Agriculture pugnace, d’un chef de parti combatif et d’un Président de la République volontaire, attaché au rayonnement international de la France, à la Paix et à la vie quotidienne des Français.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Il avait l'amour de la France et regardait loin - Le député d'Amboise Daniel Labaronne

Le député LREM d'Amboise, Daniel Labaronne s'est dit touché par le décès de Jacques Chirac. Proximité, simplicité, homme des ruralités et de l’agriculture, mais aussi homme d’engagement sur la scène internationale et du dialogue entre les cultures. C’est avec tristesse et émotion que j’apprends le décès de Jacques Chirac. Jacques Chirac savait regarder loin. Il refuse l’engagement de la France dans la seconde guerre du golf et tire la sonnette d’alarme lors du Sommet de la Terre de Johannesburg.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess