Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre : ils ont profité de la venue d'Emmanuel Macron pour exprimer leur mécontentement

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Le président de la République s'est déplacé dans l'Indre ce 14 février, d'abord à Gargilesse et puis à Déols. Plusieurs collectifs ont saisi cette opportunité pour interpeller le chef de l'Etat : des gilets jaunes au collectif de défense de la maternité du Blanc.

Le collectif de défense de la maternité a repris le costume de la "Servante écarlate" pour dénoncer les violences faites aux femmes avec cette fermeture.
Le collectif de défense de la maternité a repris le costume de la "Servante écarlate" pour dénoncer les violences faites aux femmes avec cette fermeture. © Radio France - Aurore Richard

Le chef de l'Etat a passé ce jeudi 14 février dans l'Indre. En milieu de matinée, il s'est rendu à Gargilesse, dans le sud du département où un grand débat a eu lieu avec des maires de l'Indre. Il a ensuite rencontré des chefs d'entreprise à Egide Aviation basée à Déols, dans l'après-midi. La venue d'Emmanuel Macron a été l'occasion pour certains d'exprimer leur colère.

Il y a d'abord eu ce rassemblement de la CGT, de la FSU et du PCF devant l'Union des entreprises de l'Indre ce midi. Ils étaient près de 80 à dénoncer les attaques qui visent le service public et ils n'ont pas choisi ce lieu au hasard. 

"Quand on revendique une vraie augmentation de salaire, et non pas une prime d'activité, quand on revendique des retraites plus importantes, les patrons y sont aussi pour quelque chose", estime Marie-Claude, militante CGT. 

Ils étaient près de 80 pour ce rassemblement à Châteauroux.
Ils étaient près de 80 pour ce rassemblement à Châteauroux. © Radio France - Aurore Richard

C'est le collectif de défense de la maternité du Blanc "cpasdemainlaveille" qui a pris la relève dans l'après-midi. Il s'est réuni à Déols, près du restaurant routier "L'Escale", le président étant lui attendu au M.A.C.H 36. 

Ces "Servantes écarlates" ont été rejointes par des gilets jaunes du Blanc, de Châteauroux, de La Châtre, etc. Une union nécessaire selon Adès, gilet jaune du Blanc : 

On a quasiment les mêmes revendications par rapport à la mort programmée de nos petits villages"

Pourtant, le Président de la République a dit cet après-midi au sujet de la maternité que "ce ne serait pas responsable de [sa] part de dire qu'elle va rouvrir". 

Une bonne nouvelle pour le comité de défense de la gare d'Argenton

Une autre mobilisation a aussi eu lieu à la gare d'Argenton-sur-Creuse. Le collectif a une nouvelle fois bloqué un train en gare pour réclamer plus de dessertes. Pourtant cette fois, c'était différent. Il avait là une victoire à fêter. 

Un peu avant cette action, Emmanuel Macron a en effet annoncé ce jeudi après-midi devant les maires de l'Indre que "_le 19h41 aura bien un arrêt à Argenton-sur-Creuse_. On pourra à partir de mi-février revendre les billets et l’ouverture effective se fera début-mai". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess