Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Indre : Jean-François Barnaba saisit la Justice pour forcer France 2 à l'inviter au débat sur les européennes jeudi soir

-
Par , France Bleu Berry

Le Berrichon Jean-François Barnaba saisit la Justice pour pouvoir être invité au débat sur les élections européennes organisé par France 2 demain soir. Le célèbre gilets jaunes de l'Indre est candidat aux européennes avec sa liste "jaunes et citoyens".

Jean-François Barnaba saisit le tribunal administratif de Paris pour forcer France 2 à l'inviter au débat sur les européennes programmé sur la chaîne jeudi soir
Jean-François Barnaba saisit le tribunal administratif de Paris pour forcer France 2 à l'inviter au débat sur les européennes programmé sur la chaîne jeudi soir © Maxppp - T.ROULLIAUD

Le Berrichon Jean-François Barnaba saisit la Justice pour pouvoir être invité au débat sur les élections européennes organisé par France 2 demain soir. Le célèbre gilets jaunes de l'Indre est candidat aux européennes avec sa liste "jaunes et citoyens". Il a envoyé plusieurs courriers à la patronne de France Télévisions pour intégrer ce débat télévisé, sans succès. Ses avocats ont donc saisi ce mardi le tribunal administratif de Paris en référé-liberté, une procédure d'urgence. Benoit Hamon, Florian Philippot et François Asselineau ont aussi saisi la Justice pour les mêmes raisons et ont obtenu gain de cause. Ils participeront au débat auprès de neuf autres candidats tête de liste pour les européennes même si France Télévisions a fait appel de la décision de Justice.

Pour quelle raison en êtes-vous arrivé à saisir la Justice ?

On a constaté comme 5 autres listes en fin de semaine dernière que nous n'étions pas invité au débat organisé par France 2 le 4 avril. D'autres listes qui sont adossées à des partis politiques constitués depuis longtemps ont immédiatement saisi la Justice pour obtenir une décision qui leur permette l'intégration au débat. Nous nous avons porté cela sur la place publique. Nous n'avions pas jusqu'à présent saisi la Justice car nous pensions que France 2 reviendrait à la raison et que face à l'évidente disparité de traitement le service public déciderait d'accomplir sa mission et nous constatons que rien n'a été fait, que nous ne sommes toujours pas conviés ainsi que Madame Arthaud et Monsieur Lassalle et nous saisissons la Justice pour obtenir l'équité dans l'expression démocratique.

L'Indrien Jean-François Barnaba explique pourquoi il a dû en arriver à saisir la Justice dans cette affaire

"Il y a une dérive de notre démocratie qui n'est pas acceptable" Jean-François Barnaba

Vous voulez faire respecter le droit ?

Nous sommes issus de ce puissant mouvement social qui est le mouvement des gilets jaunes que nous ne prétendons pas représenter dans toute sa diversité : nous savons que certains ne sont pas dans la perspective d'investir le champ électoral et nous le déplorons d'ailleurs et ce qui est paradoxal, c'est que le pouvoir réclame à corps et à cris que ce mouvement trouve une expression politique et que l'on en sorte avec les dérives, avec ces manifestations qui dégénèrent en nous encourageant à l'organisation, à la structuration et précisément à l'expression politique démocratique; Et lorsque émerge de ce mouvement des projets cohérents, crédibles, on ne leur donne pas la parole il y a un paradoxe qui montre bien qu'il y a une dérive de notre démocratie qui n'est pas acceptable. Il faut utiliser toutes les voix de recours et s'il le faut nous retournerons dans la rue pour faire remonter à ce pouvoir les aspirations des Français.

"Il y a une dérive de notre démocratie qui n'est pas acceptable" explique Jean-François Barnaba

Le service public doit forcément vous inviter à un débat comme celui-ci ?

Les juges en décideront mais si on se réfère aux intentions de vote des Français, il y a quand même un paradoxe à ce qu'aient été invitées les listes qui dans les sondages ne dépassent pas 2% alors que d'autres, comme celle de Monsieur Hamon, avaient un niveau supérieur. Concernant les intentions de vote pour les gilets jaunes alors qu'il n'y a pas de réelle incarnation puisque nous n'avons pas la possibilité d'accéder au champ médiatique, malgré cela les Français voteraient entre 3,5 et 5% pour une liste référencée gilets jaunes, 16% d'entre eux souhaiteraient qu'une liste de ce type soit présente.  Il y a donc une situation déséquilibrée, avec des sondages dont on ne tient pas compte. On prend d'autres critères qui sont les critères de la représentation et de la politique professionnelle. L'émergence d'un mouvement citoyen est un problème dans ce pays.

Vous avez écrit à la présidente de France Télévisions pour lui faire part de vos arguments, que vous a t-elle répondu ?

Nous avons écrit à plusieurs reprises et au moment où nous parlons, nous n'avons eu aucun retour. C'est une preuve supplémentaire que il y a la volonté de ne pas permettre l''expression d'un mouvement citoyen qui sorte des cadres de la politique institutionnelle et des partis traditionnels. 

Vous pensez que c'est politique comme décision ?

Je ne vois pas d'autre explication. L'importance de ce mouvement dans la vie publique nationale depuis des semaines justifie pleinement qu'au moins une partie de son expression politique puisse avoir avoir accès au champ média, c'est impensable que ce ne soit pas le cas.

Dans la mesure que vous dites vous-mêmes que vous n'avez pas vocation à représenter la diversité du mouvement des gilets jaunes, est-ce que ce n'est pas normal qu'on ne vous ai pas invité à ce débat ?

Non car vous avez dans ce mouvement une partie très visible, puisqu'il s'agit de la partie la plus protestataire, la plus engagée dans l'action militante de rue qui représente un nombre de personnes limitées. Ces gens ne souhaitent pas investir le champ électoral, c'est normal que nous ne les représentions pas. Maintenant la grande majorité des Français qui soutiennent ce mouvement, ces millions de gens qui mettent leur gilet jaune contre leur pare brise, eux ils l'expriment dans les sondages : ils souhaitent qu'il y ait une expression politique qui portent leurs revendications devant les élections. De ce point de vue là, nous qui souhaitons procéder de cette démarche, il tout à fait normal que nous soyons invités à ce débat.

"L'importance de ce mouvement dans la vie publique nationale depuis des semaines justifie pleinement qu'au moins une partie de son expression politique puisse avoir avoir accès au champ média"

Décision du tribunal sous 48 heures

Le tribunal administratif de Paris doit rendre sa décision concernant la participation de Jean-François Barnaba au débat de France 2 soir dans les 48 heures, donc avant la diffusion du débat jeudi soir sur France 2.