Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Info France Bleu 107.1 | Les Hauts-de-Seine cessent de financer le transport scolaire des élèves boursiers

jeudi 5 novembre 2015 à 0:18 Par Sylvain Tronchet, France Bleu Paris et France Bleu

Le département des Hauts-de-Seine va cesser de subventionner les titres de transport des collégiens et lycéens boursiers à la rentrée 2016. Le président du Conseil départemental, Patrick Devedjian, vient de le signifier en catimini au STIF dans un courrier que France Bleu 107.1 s'est procuré.

Les Hauts-de-Seine ne participeront plus à la carte Imagine R à la rentrée 2016
Les Hauts-de-Seine ne participeront plus à la carte Imagine R à la rentrée 2016 © Maxppp - Jade Laurent

Paris, France

A la rentrée de septembre 2016, ce sera fini. Le conseil départemental des Hauts-de-Seine va mettre un terme à l'aide qu'il accorde aux familles d'élèves boursiers pour l'achat de la carte Imagine R qui permet aux jeunes scolarisés de moins de 26 ans  de circuler dans la région. Une décision qui n'a pas encore été annoncée officiellement mais qui est néanmoins déjà prise. Elle a été signifiée la semaine dernière dans une lettre de Patrick Devedjian, le président (LR) de l'assemblée départementale à Jean Paul Huchon, président (PS) du STIF (syndicat des transports d'Ile de France) : "Ainsi que le prévoit (...) la convention relative aux aides accordées pour les achats de titres Imagine R (...), je vous informe que le département mettra un terme à son engagement au terme de la campagne 2015-2016". Une missive qui avait vocation à rester confidentielle mais que France Bleu 107.1 a pu consulter.

"C'est quand même assez gonflé" (Pierre Serne, vice-président EELV du STIF)

Le timing de cette décision, qui risque de faire des vagues, peut surprendre en pleine campagne des régionales mais le département des Hauts de Seine n'avait pas le choix. S'il voulait mettre fin à ses subventions à la rentrée 2016, il devait dénoncer avant le 15 novembre de cette année la convention qui le lie au STIF, d'où la précipitation de ces derniers jours. De fait, la révélation de cette affaire tombe à point nommé pour la gauche qui dénonce depuis longtemps déjà la politique du "92" en la matière. "On le voyait venir depuis plusieurs mois, réagit Pierre Serne, le vice président (EELV) de la région en charge des Transports. En plus, ce n'est pas comme si le département des Hauts de Seine était en grande difficulté. C'est quand même assez gonflé."

Contrairement à d'autres départements, plus généreux, les Hauts-de-Seine ne subventionnent la carte Imagine R que pour les collégiens et lycéens boursiers. Actuellement 2281 élèves y bénéficient d'une prise en charge partielle de leur titre de transport. Un tiers ou les deux tiers de leur carte Imagine R -selon le type de bourse- est payé à parité par le département et le STIF. La charge globale pour le département est d'environ 170 000 euros cette année. La fin de cette subvention va signifier que les familles concernées devront payer 50 à 100 euros de plus par an et par enfant.

Les subventions pour la carte Imagine R varient selon les départements - Radio France
Les subventions pour la carte Imagine R varient selon les départements © Radio France - Source STIF

Du côté du département, où l'on est peu bavard sur cette décision, on se borne à dire que la récente loi NOTRe a transféré la compétence transport scolaire aux régions. Ce qui est vrai, mais en Ile de France, la situation était déjà particulière puisque c'est le STIF qui est chargé des transports collectifs. D'ailleurs, aucun autre département francilien n'a, à notre connaissance, décidé de modifier son système de prise en charge de la carte Imagine R à la rentrée prochaine. 

"On marche sur la tête !" (Garbiel Massou, élu PCF de Gennevilliers)

Cette décision n'était pas connue des élus de gauche de l'assemblée départementale qui disent "tomber des nues", comme la socialiste Catherine Picard, élue de Malakoff-Montrouge. "Ils font des économies partout, sur tous les secteurs", peste Gabriel Massou, conseiller départemental communiste de Gennevilliers et président du groupe Front de Gauche au conseil départemental. "C'est un département qui aurait les moyens de faire beaucoup plus, on marche sur la tête dans les Hauts-de-Seine ! C'est vraiment l'exemple typique de la volonté de remettre en cause les quelques aides qui étaient fournies aux populations les plus en difficultés". Depuis plusieurs années, les élus communistes demandent au département d'aller plus loin dans la prise en charge de la carte Imagine R, à l'instar du Val-de-Marne, géré par le PCF.  Pour eux cette décision est une douche froide. Même si le nombre de familles concernées, et les sommes engagées restent faibles, au regard des 825 000 abonnés à la carte Imagine R en Ile-de-France, la révélation de cette décision risque de donner lieu à quelques passes d'armes dans le débat de la campagne des élections régionales qui entre dans son dernier mois cette semaine.