Politique

INFO FRANCE BLEU - Le député de la Loire Régis Juanico décide de rester au Parti socialiste

Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 2 juillet 2017 à 11:53

Régis Juanico et Benoit Hamon en avril à Saint-Etienne
Régis Juanico et Benoit Hamon en avril à Saint-Etienne © Maxppp - Maxppp

Alors que Benoît Hamon, dont il est très proche, a quitté le PS pour lancer ce samedi son Mouvement du 1er Juillet, le député de la Loire Régis Juanico indique ce dimanche à France Bleu qu'il reste dans le parti, au moins quelques mois, le temps de voir s'il évolue positivement.

Régis Juanico, ce mouvement lancé ce samedi par Benoît Hamon était nécessaire ?

On sent qu'il faut reconstruire la gauche et les partis traditionnels ne représentent plus un débouché naturel pour ceux qu'ils veulent s'engager en politique. Il était important que celui qui avait été élu à la primaire de la gauche, au delà des militants socialistes, puisse lancer un processus qui sera long (2 ou 3 ans) mais qui permette de poser une première pierre à la reconstruction de la gauche. Il était important pour cela que Benoît Hamon donne un signe fort par rapport à son appartenance.

Vous aurez des responsabilités dans cette organisation ?

Je suis un des derniers députés socialistes élus à l'Assemblée. Je continuerai donc à porter les idées que nous avons commencé à mettre sur la table pendant l'élection présidentielle mais qui sont des idées d'avenir. Je continuerai d'être cette courroie de transmission à l'Assemblée nationale. Dans le cadre du mouvement j'aurai des responsabilités au niveau national. Même si contrairement à lui je ne quitte pas le Parti socialiste.

Pourquoi ne pas faire comme lui et quitter le PS ?

Benoît Hamon a expliqué pourquoi il faisait ce geste. Ce ne sont pas les idéaux et les militants socialistes qu'il quitte, c'est le parti. Il y avait nécessité de clarifier la situation si nous souhaitions que ce mouvement se fasse sur une base qui ne soit pas celle, étroite, d'un parti politique. L'étiquette socialiste a été compliquée à porter ces derniers mois pour un certain nombre de candidats aux élections. Il fallait clarifier pour que ceux qui hésitaient à franchir le pas de venir dans ce Mouvement du 1er juillet le fassent sur des bases claires et saines. Mais Benoît Hamon ne nous a pas demandé de quitter le PS. Nous sommes libres de continuer à faire les deux. C'est ce que nous allons faire avec un certain nombre de mes collègues. Nous verrons bien dans quelques mois où en est le PS. Si nous estimons qu'il n'assure pas les bases de sa refondation, de sa reconstruction, nous en tirerons les conclusions plus tard mais pour le moment nous restons au Parti Socialiste.