Politique

INFO FRANCE BLEU - Le maire de Firminy Marc Petit ne se présentera pas aux législatives

Par David Valverde, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu jeudi 12 janvier 2017 à 22:09

Le maire de Firminy Marc Petit
Le maire de Firminy Marc Petit © Maxppp - Maxppp

Marc Petit est visé par une plainte pour agression sexuelle dévoilée en octobre dernier dans les médias. Lors de sa présentation des vœux il a annoncé à France Bleu qu'il ne briguera pas un mandat de député mais assure que le contexte n'y est pour rien. Il veut se consacrer à Firminy.

Le doute planait depuis quelques semaines mais le maire communiste de Firminy l'a annoncé au micro de France Bleu Saint-Étienne Loire : il ne briguera pas le mandat de député de la 4e circonscription en juin prochain alors qu'on lui prêtait l'ambition de détrôner son meilleur ennemi politique, Dino Cinieri (Les Républicains).

Mais les lignes ont trop évolué depuis la mi-octobre et la révélation d'une plainte pour agression sexuelle déposée par un employée du Conseil départemental du Puy de Dôme pour des faits qui se seraient déroulés en Turquie en juillet 2016 lors du Comité du Patrimoine mondial de l'Unesco. Marc Petit n'a toujours pas été entendu dans le cadre de cette enquête alors que les investigations se tournent actuellement vers la femme qui a déposé plainte. Même s'il s'en défend, son renoncement ne semble pas étranger à toute cette affaire...

Une décision non contrainte ?

La perspective du duel face à Dino Cinieri était attendu par les observateurs, mais faire campagne alors que l'enquête n'a pas avancé et qu'il n'est que "présumé innocent" cela parait difficilement tenable. En tout cas, il le dit : "Non, je ne serai pas candidat". L'explication serait une trajectoire politique trop rapide à son gout, une volonté de bien faire le travail à Firminy. "J'aime ma ville, j'aime ce que je fais" _assure le maire de Firminy depuis 2008. "Je suis dans l'idée de consacrer toute mon énergie et mon action à ma ville, au département et à Saint-Étienne Métropole. Un jour, plus tard, peut-être, pourquoi pas." Mais en aucun cas l'affaire dont il est au centre, la plainte dont il fait l'objet, en aucun cas tout cela n'aurait pesé dans la balance : "Non, non. J'avais pris cette décision depuis longtemps".

Marc Petit va donc se concentrer sur ses projets à Firminy comme la construction d'un pôle médical dans le quartier de Firminy Vert où la création de la police municipale. Et espérer que l'enquête lui redonne rapidement une véritable liberté dans ses choix de carrière politique.

À lire aussi