Politique

INFOGRAPHIE - Dernière ligne droite avant le second tour des municipales

France Bleu vendredi 28 mars 2014 à 8:14 Mis à jour le vendredi 28 mars 2014 à 15:00

Le point sur les grandes villes avant le second tour
Le point sur les grandes villes avant le second tour © IDÉ

Ce vendredi, c'est le dernier jour de campagne en vue du second tour des municipales. Après minuit, les candidats n'auront plus le droit de s'exprimer publiquement avant le scrutin de dimanche. Un scrutin qui s'annonce fort en enjeux, alors que de nombreuses communes pourraient basculer de droite à gauche, et que le Front national risque de l'emporter dans plusieurs grandes villes.

> Cliquez ici pour voir la carte en grand

Si les candidats au second tour des municipales doivent jeter leurs dernières forces dans la bataille, c'est ce vendredi qu'ils doivent le faire. A minuit, la campagne officielle prend fin , et il sera alors interdit aux candidats de communiquer ni sur internet, ni dans les médias, ni sur la voie publique – en distribuant des tracts, par exemple. Dimanche, les habitants de plus de 6.000 communes qui n'ont pas élu leur maire au premier tour seront appelés aux urnes. L'abstention devrait être déterminante pour l'issue de ce second tour.

La gauche en difficulté

Car la gauche compte sur une remobilisation de ses électeurs pour conserver des villes dans lesquelles elle a été mise en danger. L'UMP, souvent alliée à l'UDI dans cette campagne, part largement favorite. Selon Brice Teinturier de l'institut Ipsos, la droite pourrait "au minimum effacer toutes ses pertes nettes de 2008 ", soit au moins 90 villes de plus de 10.000 habitants . Résultat : Caen, Reims, Saint-Etienne et Metz pourraient passer à droite. A Angoulême, Belfort, Chambéry ou Périgueux, le ballotage est également très défavorable à la gauche. En Île-de-France, alors que Paris est presque assurée de voir la victoire de Anne Hidalgo, Argenteuil, Aulnay-sous-Bois et Colombes pourraient échapper à la gauche .

La situation s'annonce d'autant plus difficile pour le PS que la majorité a subi deux gros revers dans le courant de la semaine : d'abord, l'annonce mercredi des chiffres du chômage en février (31.500 demandeurs d'emploi en plus), qui "rappelle l'absence de résultats sur le front économique et social ", analyse Yves-Marie Cann de l'institut CSA. Et d'autre part, la censure jeudi par le Conseil constitutionnel du volet le plus symbolique de la loi Florange , promesse de campagne de François Hollande. 

Le FN en embuscade

L'autre enjeu de ce scrutin, c'est la présence du Front national dans pas moins de 328 seconds tours, si l'on en croit la présidente du parti, Marine le Pen. Après avoir acquis la mairie d'Hénin-Beaumont dès le premier tour (une première pour le FN), le parti pourrait mettre la main sur Fréjus, dans le Var. La situation lui est aussi favorable à Forbach et Perpignan, où les deux vice-présidents du FN Florian Philippot et Louis Aliot sont en ballotage favorable.

La ville de Beziers, dans l'Hérault, pourrait également basculer à l'extrême-droite, avec Robert Ménard, qui n'est pas un candidat FN mais est soutenu par le parti de Marine Le Pen . Avec 45% des suffrages au 1er tour, il est donné gagnant par les derniers sondages. A Avignon, où le candidat FN est arrivé en tête du premier tour, l'union des listes de gauche pourrait conduire à sa défaite au second tour.

Municipales Bouton Article Carte - Radio France
Municipales Bouton Article Carte © Radio France

Partager sur :