Politique

INFOGRAPHIE - Municipales : les listes du second tour sont établies

France Bleu mercredi 26 mars 2014 à 8:01

Les règles du second tour des municipales
Les règles du second tour des municipales © IDÉ

Les listes candidates au second tour des élections municipales, qui auront lieu dimanche, sont désormais closes. Les candidats pour lesquels les électeurs devront voter ne seront pas forcément les mêmes qu'au premier tour, en raison des fusions. Alors que la gauche a fusionné dans certaines communes avec EELV, deux accords locaux ont été signés entre la droite et des candidats FN.

Les tractations sont terminées. Depuis mardi soir à 18h, le dépôt des listes pour le second tour des municipales est fermé. Les 6.455 communes où un second tour est organisé dimanche connaissent donc désormais les listes en compétition. 

Ces listes ne sont pas forcément les mêmes que celles en lice pour le premier tour, en raison des alliances possibles entre les candidats. Dans les communes de plus de 1.000 habitants en effet, les candidats obtenant plus de 10% des voix sont retenus pour le second tour, et peuvent fusionner entre eux ou avec des candidats ayant obtenus plus de 5% des voix.

Listes communes PS/Europe Ecologie - Les Verts

Résultat : de nombreux accords entre le PS et Europe-Ecologie Les Verts ont été signés, en particulier dans les villes où les listes socialistes ont été mises en difficulté au premier tour. C'est le cas notamment à Nantes et à Lille, où socialistes et écologistes se sont entendus malgré des divergences locales.

A Avignon, où le FN est arrivé en tête au premier tour, le Front de Gauche s'est également joint au PS et à EELV , permettant peut-être à la gauche de l'emporter.

La "discipline républicaine" inégalement appliquée

Mais toutes les listes PS n'ont pas suivi cette "discipline républicaine" : à Grenoble, où EELV est arrivé en tête du premier tour, le candidat Eric Priolle a refusé de fusionner sa liste avec celle du parti écologiste. Il s'est vu retirer son investiture par le PS . Le second tour grenoblois sera donc une quadrangulaire PS - EELV - FN - UMP.

Investiture PS retirée également pour Jean-Michel Du Plaa, qui a refusé de se retirer au second tour à Béziers face à Elie Aboud (UMP) et Robert Ménard, arrivé largement en tête au premier tour et soutenu par le Front national.

Des accords divers droite/FN

Du côté de l'UMP, des accords ont été signés, notamment à Paris avec les candidats dissidents (comme Dominique Tiberi dans le 5e arrondissement), en vue d'un deuxième tour qui s'annonce difficile pour Nathalie Kosciusko-Morizet. Pas d'alliances avec le FN en revanche : tous les candidats UMP qui ont négocié un accord avec le parti de Marine le Pen ont été exclus du parti.

Mais la présidente du FN a annoncé deux alliances entre son parti et des candidats divers droite pour ce second tour : à Villeneuve Saint-Georges (Val-de-Marne) et L'Hôpital (Moselle) , ces alliances FN-droite ont pour objectif affirmé de "barrer la route à la gauche ". En tout, le FN devrait être présent au second tour dans 315 communes. En 1995, ce nombre n'était que de 119.