Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Ingrid Levavasseur : "Je ne pense pas avoir trahi les gilets jaunes"

L'Euroise future tête de liste "gilets jaunes" aux élections européennes était l'invitée de France Info ce vendredi matin. Elle a répondu aux nombreuses critiques qui viennent de son propre mouvement : "Nous sommes tous en droit de faire cette démarche", assure-t-elle.

Ingrid Levavasseur a commencé à manifester en novembre sur un péage de l'A13 dans l'Eure
Ingrid Levavasseur a commencé à manifester en novembre sur un péage de l'A13 dans l'Eure © Maxppp - Le Parisien

Évreux, France

Depuis l'annonce mercredi soir de la création d'une liste "gilets jaunes" aux élections européennes, les critiques fusent contre celle qui devrait prendre sa tête, l'aide-soignante euroise Ingrid Levavasseur. Une pétition lui demandant de retirer le nom "gilets jaunes" de sa liste a même été mise en ligne. Vendredi matin, elle dépassait les 30 000 signatures.

Jeudi soir sur le plateau de l'Emission Politique, Ingrid Levavasseur, 31 ans, a été prise à partie par une autre "gilet jaune" qui l'a accusée de "faire le buzz". Ce vendedi matin, la normande, mère célibataire de deux enfants, a pris le temps de répondre aux critiques chez nos confrères de France Info. "J'ai envie de dire à tous les citoyens que nous sommes tous en droit de faire cette démarche. Je ne pense pas avoir trahi les gilets jaunes. Je suis une gilet jaune depuis toujours, je suis engagée et je m'engage en tant que citoyenne et il faut faire en sorte de se faire entendre."

Cette décision de s'engager une liste "gilet jaunes" divise le mouvement. Mais pour Ingrid Levavasseur "elle va permettre aux gilets jaunes d'être présents partout. Dans quelques temps il y aura les municipales et d'autres élections. Il est temps de se construire et nous sommes précurseurs, donc arrêtons de dire que ce n'est pas bien". 

Il y a un mois pourtant, Ingrid Levavasseur avait affirmé qu'elle ne ferait pas de politique. "Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. J'ai changé d'avis car j'imagine que beaucoup de personnes ont besoin de se reconnaître enfin au sein de la politique. A Bruxelles, nous serons les yeux, la voix des gilets jaunes, on sera comme une caméra infiltrée pour faire remonter la voix des citoyens." 

Selon un sondage Elabe pour BFMTV publié mercredi et réalisé avant l'annonce, "une liste +gilets jaunes+" arriverait troisième lors des européennes du 26 mai, avec 13% des voix, derrière La République en Marche (22,5%) et le Rassemblement national (17,5%). Sur l'antenne de France Info, Ingrid Levavasseur a affirmé avoir voté pour Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017 "pour voter contre Marine Le Pen, mais j'aurais préféré voter blanc"

"A Bruxelles, nous serons les yeux, la voix des gilets jaunes"

Alors que certains membres de la liste menée par Ingrid Levavasseur étaient proches du PS, de la République en Marche ou de l'UDI, la normande a assuré que sa liste n'avait pas de couleur politique. "C'est une liste protéiforme, on ne veut pas aller dans les extrêmes, pas d'extrême-droite, ni d'extrême gauche, mais nous sommes ouverts à tous les citoyens qui ont envie de bien faire"

Enfin, parmi les nombreuses critiques au sein même du mouvement, il y a celle sur le soutien de Bernard Tapie à cette liste. "Il ne nous finance pas, répond Ingrid Levavasseur, c'était la clause. Mais il nous encourage, c'est un soutien"