Politique

Intercommunalité : Le territoire de L’ Alta Rocca ne veut pas fusionner avec le grand sud.

Par France Bleu RCFM, France Bleu RCFM lundi 25 janvier 2016 à 15:09

Les aiguilles de Bavella en Alta Rocca (Corse-du-sud)
Les aiguilles de Bavella en Alta Rocca (Corse-du-sud)

La communauté des communes de l’Alta Rocca a appelé à manifester publiquement, samedi 23 janvier, sur la place du village de Sainte Lucie de Tallano. Cette manifestation a visé à sensibiliser la population aux enjeux du projet de regroupement intercommunal en Corse-du-sud proposé par l' Etat.

Les élus des 16 communes de l’Alta Rocca et les manifestants demandent au préfet de Corse, Christophe Mirmand, d’être attentif à leur problématique et à la réalité de leur territoire, lors de la commission départementale de la coopération intercommunale (CDCI) qui se réunit ce lundi 25 janvier, à la préfecture de Corse-du-sud.

Alta Rocca : La crainte de perdre leur pouvoir de décision.

Napoléon De Peretti, maire de Livia pense que si cette fusion se réalisait, la zone "montagne" serait alors sous représentée au détriment de la zone "littoral". « Les pauvres vont financer les riches… » déplore le maire de Livia.

Napoléon Deperetti, le maire de Livia (Corse-du-sud)

Pierre Marcellesi, le président de la communauté des communes de l’Alta Rocca, refuse aussi, l' intégration de l'Alta Rocca dans le grand sud, dans le cadre du projet de loi NOTRe , portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République. « Nous sommes une entité à part entière, organisée à partir de la communauté des communes de l’Alta Rocca, une des plus anciennes communautés constituée de l’île » revendique Pierre Marcellesi.

Pierre Marcellesi, le président de la communauté des communes de l’Alta Rocca

l'Etat n'a pas encore tranché

A la veille de la CDCI, Le préfet de Corse, qui était l’invité de « Cuntrastu » lors de l'émission politique du dimanche soir sur France 3 Corse Via Stella , France bleu RCFM et Corse Matin, a répondu que la position de l’ Etat n’est actuellement pas définitive sur la problématique de l’Alta Rocca.

Christophe Mirmand, le préfet de Corse

Partager sur :