Politique

Intercommunalités : fusion en vue dans le Muretain

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse mercredi 28 décembre 2016 à 5:40

Le siège d'Axe Sud se situe à Roques-sur-Garonne, à deux pas de Frouzins.
Le siège d'Axe Sud se situe à Roques-sur-Garonne, à deux pas de Frouzins. © Radio France - Bénédicte Dupont

Le 1er janvier, au sud de Toulouse, Axe Sud et la communauté de communes rurales des Coteaux du Savès et de l'Aussonnelle n'existeront plus. Ces deux intercommunalités rejoignent la communauté d'agglomération du Muretain pour créer le Muretain Agglo. Ce qui ne va pas sans quelques changements.

Cela fait partie des changements invisibles du 1er janvier 2017 et la conséquence de la loi Notre (Nouvelle organisation territoriale de la République) votée pendant l'été 2015. Le seuil minimal de chaque intercommunalité est fixé à 15.000 habitants (20.000 pour certains départements). Objectif : que les regroupements de communes correspondent aux bassins de vie des citoyens. Voilà pourquoi 40% des intercommunalités sont vouées à disparaître en France. Ces établissements publics, strates intermédiaires entre les mairies et les départements, gèrent notamment la petite enfance, la restauration ou encore la collecte des déchets.

26 communes, de Muret 25.000 habitants à Empeaux, 250 habitants

En rose, jaune et bleu la fusion des trois intercommunalités. - Aucun(e)
En rose, jaune et bleu la fusion des trois intercommunalités. - Le Muretain Agglo

En Haute Garonne, sur les 34 intercommunalités, 20 se situent en dessous de ce seuil. L'Etat a donc joué les entremetteurs pour marier certaines communautés de communes et voici comment quelque 120.000 Haut-Garonnais vont se retrouver dans la même agglo sans vraiment sans rendre compte.

Au sud de Toulouse, trois communautés de communes fusionnent : le Muretain (qu'on appellait traditionnellement la CAM) fort de ses 16 communes, les quatre communes d'Axe Sud autour de Seysses et les six villages des Coteaux du Savès et de l'Aussonnelle, la minuscule CCRCSA articulée autour de Saiguède. En tout, le Muretain Agglo comptera donc 26 communes, avec 92.000 habitants, elle sera peuplée que le Sicoval, elle sera même en superficie, la plus grande communauté de communes du département.

Roques, Seysses, Frouzins et Lamasquère ont-elles "tout à gagner" à rejoindre le Muretain ?

Pour Roques, Seysses, Frouzins et Lamasquère, pas de révolution pour le personnel (5% des agents déménagent à Muret, voir ci-dessous), pas de révolution non plus pour le quotidien des habitants. Mais pour Alain Pace , le maire de Seysses et président pour encore quelques jours d'Axe Sud, ce regroupement avec le Muretain donnera aux quatre villes plus de moyens. Axe Sud gagne 1.000 habitants par an et l'élu ne cache pas son enthousiasme à l'idée de rejoindre une entité qui compte des poids lourds commerciaux comme Portet ou l'ambitieuse Muret (et sa future ZAC des Pyrénées).

En étant dans la nouvelle grande agglo, on pourra prétendre à des financements régionaux et européens qu'on ne peut pas actuellement décrocher. Et puis, avec la zones commerciale de Portet, et Muret qui se développe, c'est aussi intéressant fiscalement pour nous — Alain Pace, maire de Seysses et président d'Axe Sud

Alain Pace, maire de Seysse et président d'Axe Sud : "Les dotations de l'Etat diminuent alors cette fusion, c'est une bonne affaire"

En ce qui concerne les impôts locaux, les habitants d'Axe Sud et de la CAM n'y verront pas de différence car ils ont à peu près la même fiscalité. En revanche, pour les six petites communes du Savès et de l'Aussonnelle, le changement d'échelle va se faire sentir, les impôts locaux devraient sensiblement augmenter.

Une dizaine d'agents d'Axe Sud partent à Muret

Pour le moment, seuls les agents des services Ressources Humaines et Finances sont véritablement impactés par cette fusion. En tout, une dizaine de personnes sur les 200 agents que compte Axe Sud font leurs cartons pour déménager dans de nouveaux bureaux dans les locaux de Muretain Agglo, à Muret. Dans une sorte d'incertitude puisque certains ignorent quelle sera leur fonction exacte. C'est pour les cadres administratifs que cela pose le plus problème confie Alain Pace, pour les DGS en particulier (les directeurs généraux des services) qui se retrouvent à trois pour un seul poste. La loi prévoit que les DGS des deux plus petites structures soient nommés directeurs généraux adjoints (DGA). C'est surtout l'attachement à la "maison" Axe Sud que certains vont regretter. "Ici nos agents se sentent bien. On n'a jamais eu le moindre conflit social" aime à rappeler le président. À la Cam en revanche, les agents se sont mobilisés plusieurs fois, notamment ces dernières semaines.

95% des agents d'Axe Sud resteront à leur poste. - Radio France
95% des agents d'Axe Sud resteront à leur poste. © Radio France - Bénédicte Dupont

C'est difficile de faire ses cartons, on a l'impression de jeter un tranche de vie. On passe d'une structure de 200 agents à une autre à 1.600 agents, c'est un défi, il y a tout à faire. Et puis on ignore beaucoup de choses, ça n'est pas évident, on tâtonne. Chaque collectivités travaillent différemment et n'a pas les mêmes accords avec ses agents. — Virginie, responsable du service communication d'Axe Sud

REPORTAGE au siège d'Axe Sud, à Roques, Bénédicte Dupont

Ici, moi je suis à la maison. On va devoir s'adapter et puis perdre l'habitude de voir les collègues de Roques. Après personnellement, j'habite près de l'Isle-Jourdain. Venir à Muret en transports en commun sera plus compliqué pour moi que venir à Roques, je suis en train d'étudier la chose. — Jean-Paul, cadre du service restauration

Les cadres administratifs de la communication, les RH et les finances vont à Muret. - Radio France
Les cadres administratifs de la communication, les RH et les finances vont à Muret. © Radio France - Bénédicte Dupont

Un premier conseil communautaire aura lieu la semaine du 9 janvier. Il devra désigner le nouveau président de Muretain Agglo.