Politique

Benoît Hamon sur France Bleu Nord : "Ma légitimité sera démocratique et politique"

Par Maxime Fayolle, France Bleu Nord et France Bleu vendredi 27 janvier 2017 à 8:52

Benoît Hamon clôt sa campagne de la primaire à Lille ce vendredi
Benoît Hamon clôt sa campagne de la primaire à Lille ce vendredi © Maxppp - Jérémy Lempin

Benoît Hamon, en tête au premier tour de la primaire de la gauche, termine sa campagne d'entre deux tours vendredi soir à Lille. Il s'est exprimé vendredi matin sur France Bleu Nord.

Pourquoi ce dernier meeting à Lille, ce vendredi au Palais Saint-Sauveur, est-ce pour remercier Martine Aubry de son soutien ?

"C'est un grand honneur pour moi qu'elle me soutienne. Ma venue n'est pas uniquement due à cela. Ca sera un moment joyeux de retrouver une gauche rassemblée au delà de ce que je peux représenter. Finir dans le Nord, c'est bien, dans un grand meeting c'est mieux. Et dans un grand meeting avec Martine Aubry, même si elle est convalescente, ça sera encore mieux".

Vous arrivez en terrain conquis à Lille qui a voté à 53% pour vous dimanche dernier. Un vote d'adhésion selon vous ou un rejet de Manuel Valls car Lille a connu beaucoup de manifestations après la Loi Travail.

"Il y a toujours la double dimension dans un vote, le vote pour et le vote contre. Mais je veux faire confiance en la motivation de ceux qui ont voté pour moi. Il n'y a qu'à voir la place qu'a pris le revenu universel dans les conversations, c'est une question qui s'est invitée dans les repas du dimanche. Ca montre que, quand la gauche traite sérieusement les questions sociales, elle parvient à réduire la question identitaire à ce qu'elle devrait être : une place qu'il ne faut pas maîtriser, mais qui ne doit pas être centrale dans le débat. Le score que j'ai fait montre la volonté de placer haut et fort la question sociale".

Selon vous, quelle mesure doit permettre de réduire la pauvreté, le chômage en Nord Pas de Calais ?

"Il n'y a pas qu'une mesure, sinon tout le monde l'aurait mise en oeuvre. Mais, le revenu universel d'existence permet d'éradiquer la pauvreté car il est distribué automatiquement à toutes les personnes éligibles au RSA et aux 18-25 ans. Je constate que la pauvreté et la précarité se concentrent chez les jeunes".

"On sait où se situent les gisements d'emploi de demain : la transition écologique. Demain, les énergies renouvelables seront pourvoyeuses de six fois plus d'emploi que le nucléaire ! Il faut une politique d'innovation et d'investissement qui orientent les politiques fiscales vers ces secteurs porteurs d'emploi plutôt que de faire comme avec le CICE, d'énormes dépenses fiscales qui arrosent le sable en aidant des entreprises qui font des bénéfices, délocalisent, sans impact réel sur l'emploi".

La jeunesse, la transition écologique ... ce sont des thèmes de Jean-Luc Mélenchon. Où se situe votre place à gauche avec lui, Emmanuel Macron et Yannick Jadot ?

"Je serai candidat quand même d'une primaire qui a réuni plus de 2 millions de personnes. Ma légitimité sera démocratique et politique".

Donc pas de ralliement à Jean-Luc Mélenchon après la primaire ?

"Il serait assez curieux qu'un candidat choisi par le peuple se rallie à un candidat choisi par un parti. Si discussion il doit y avoir, je me mettrai au service du rassemblement de la gauche. Mais ça ne peut pas passer par un ralliement du candidat de la primaire de gauche à des candidats auto-désignés".

Benoît Hamon sur France Bleu Nord