Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INVITÉ - François Hollande en visite dans un collège isérois

-
Par , , , France Bleu Isère, France Bleu

L'ancien Président de la République se rend en fin de matinée ce jeudi au collège du Touvet. Il échangera avec les élèves sur des thèmes comme la laïcité ou la liberté d'expression. François Hollande était l'invité de France Bleu Isère ce matin, interrogé par Nicolas Crozel.

L'ancien président Hollande dans un collège de Gironde
L'ancien président Hollande dans un collège de Gironde © Maxppp - Fabien Cottereau

Vous serez donc en fin de matinée au au collège du Touvet pour évoquer avec des élèves les questions de laïcité de liberté d'expression, des sujets qui résonnent après l'assassinat de Samuel Paty en octobre mais qui résonnaient déjà sous votre quinquennat avec les attentats contre Charlie Hebdo ou le Bataclan. Est-ce que c'est ça qui vous a poussé à vous engager aujourd'hui dans cette voie de dialogue, de débat avec les jeunes sur ces questions ?

Oui, ce que je ne pouvais pas faire comme président parce que j'étais absorbé par de multiples tâches. Transmettre, livrer mon expérience et faire comprendre à des collégiens qui en font la demande ce qu'est la République, ce que signifie la laïcité, comment nous pouvons à la fois rester nous-même, accepter les différences mais ne pas céder devant un certain nombre de tentations ; et je suis à la disposition des jeunes.

Réécoutez l'interview de François Hollande, invité exceptionnel de la matinale de France Bleu Isère

Comment vous accueillent ces jeunes? Est-ce que ça leur parle les concepts de République, d'État, de laïcité ?

Ce qu'ils font avec leurs enseignants - parce que bien sûr ce sont les enseignants avec les élèves et les chefs d'établissement qui m'invitent - c'est de préparer à l'avance les questions qu'ils vont me poser. Et ces questions sont extrêmement concrètes : pourquoi y a-t-il en France une interdiction de porter des signes religieux dans les établissements scolaires ? Pourquoi en France ce sont les fidèles qui doivent financer le culte et pas l'État ? Pourquoi en France il y a une police qui fait des contrôles d'identité dans certains quartiers plutôt que dans d'autres ? Ce sont des questions qui sont celles qu'ils peuvent ressentir ; ils regardent aussi sur les réseaux sociaux. 

"Je ne voulais pas faire un cours d'histoire sur ce qu'a été mon quinquennat. Je voulais qu'ils puissent poser des questions d'aujourd'hui."

Toutes ces questions quelquefois peuvent me surprendre : par exemple dans beaucoup de discussions on m'interpelle sur pourquoi je suis intervenu au Mali. Pourquoi avoir envoyé les forces françaises lutter contre les djihadistes ? Pourquoi en Syrie on n'a pas été plus loin pour empêcher Bachar el-Assad de massacrer son propre peuple ? Je ne voulais pas faire un cours d'histoire sur ce qu'a été mon quinquennat. Je voulais qu'ils puissent poser des questions d'aujourd'hui.

Ces questions vous les évoquez également dans deux livres : "Leur République" et "Leur État", deux livres illustrés parus chez Glénat. Le sous-titre c'est : "pour les jeunes et pour les moins jeunes"... ça veut dire que vous voulez toucher un public qui ne lirait pas forcément les grands traités d'histoire politique ?

Oui parce que j'ai découvert que beaucoup d'adultes, sur les institutions, n'étaient pas forcément aussi éclairés qu'on le pensait. Il y a des mots qui sont utilisés dans le discours des chefs d'État, de gouvernement, dans les discours politiques qui ne sont même plus compris. Qu'est-ce que c'est vraiment que la République et la démocratie ? Qu'est-ce que ça signifie ? Qu'est-ce que ça veut dire les élections législatives, les scrutins proportionnels, comment on va voter, qui est éligible ? C'est pour ça que ce livre je tenais à le faire pour les enfants, les collégiens, les lycéens, quelquefois même les plus jeunes, mais aussi pour que les parents qui liront le livre avec leurs enfants puissent se dire : grâce à ces livres, on sait peut-être davantage encore ce que signifient les mots qui sont utilisés.

Quand vous voyez les polémiques de ces jours-ci comme les repas sans viande à la cantine à Lyon, les propos sur l'islamo-gauchisme à l'université de la ministre Frédérique Vidal... Vous vous dites quoi ? Que le chemin est encore long ?

Je me dis qu'on pourrait s'épargner des polémiques inutiles. Que lorsqu'on est en crise sanitaire il peut y avoir des décisions sur les cantines, c'est possible : mais on ne doit pas y mettre davantage que ce qui peut inspirer une décision, une clause sanitaire. 

"Ce que je regrette c'est qu'on essaie de diviser la société, de nous mettre chaque fois les uns contre les autres."

Moi j'ai longtemps été élu une dans une région d'élevage, je sais ce que représente le travail de ces éleveurs et donc la viande ça fait partie de la consommation que les enfants doivent avoir. Ce que je regrette, c'est toujours cette extrême tension, qu'on essaie de diviser la société. Moi ce que j'ai essayé de faire comme président c'est au contraire de la rassembler, de l'unifier cette société, d'éviter de nous mettre chaque fois les uns contre les autres.

Aux prochaines élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes, Najat Vallaud-Belkacem pourrait porter les couleurs de votre parti de cœur, le parti socialiste, et elle tend la main à tout le monde. Même aux amis de Jean-Luc Mélenchon, qui lui a toujours eu des mots très durs à propos de votre quinquennat. Elle a une chance d'arriver à réconcilier les gauches ?

D'abord Najat Vallaud-Belkacem est une femme de qualité. J'ai beaucoup apprécié son action comme ministre de l'éducation nationale. Si elle se présente aux élections régionales je pense que c'est une chance pour la région Auvergne Rhône-Alpes. Elle a la volonté de rassembler ; quand on est candidat il vaut mieux rassembler que diviser ou exclure. 

"Tout ce que cherche Jean-Luc Mélenchon c'est la division de la gauche."

Mais je pense qu'elle n'a aucune chance avec Mélenchon de le convaincre d'avoir l'esprit unitaire parce que tout ce qu'il fait c'est de diviser. Quand on s'est engagé dans une division, si je puis dire, on n'est pas forcément le meilleur interlocuteur pour le rassemblement. Mais je ne parle pas des électeurs qu'on appelle "insoumis", qui ont voté pour Jean-Luc Mélenchon et qui eux,  j'en suis sûr, ont envie que la gauche soit présente. Ils ont envie que la gauche se rassemble, mais il se trouve que  leur principal leader (Jean-Luc Mélenchon) n'est pas sur cette ligne. 

  • François Hollande publie chez l'éditeur grenoblois Glénat, deux livres illustrés : Leur Etat expliqué aux jeunes et aux moins jeunes , Leur République expliquée aux jeunes et aux moins jeunes.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess